Dans la presse

11 participants au stage de basket du BC Hamois, paru dans Blog Sudinfo - Ciney. le 13/08/2014

Article paru sur le blog Sudinfo :
Cliquer ici

Basket en P1d: le parcours de Hamois s'arrête là, paru dans Ma Télé. le 09/04/2014

Les filles de Michel Jeanmart s'inclinent 69-73 face à Maillen en demi-finale retour des play-off. La saison est néanmoins réussie.
Après avoir perdu à l'aller de plus de 40 points, les Hamoisiennes étaient condamnées à l'exploit mardi soir lors de la manche retour des demi-finales des play-off face l'ogre Maillen. Après un début de rencontre hésitant, Hamois revient très bien en fin de match, mais s'incline malgré tout de quatre points, 69-73. Pas de belle, donc...
Cela dit, plusieurs positifs sont à retirer. Tout d'abord, les filles de Hamois ont bien fait la fête, malgré cette élimination logique. Mais surtout, la saison des Condruziennes, qui s'étaient renforcées par rapport à la saison dernière, est une réussite. Avec 12 victoires en 20 matches, elles ont décroché la 4ème place finale en P1 dames, synonyme de play-off. Pas mal pour un petit club comme le BC Hamois... Reste maintenant à confirmer la saison prochaine... C'est justement l'objectif du coach Michel Jeanmart...

Hamois sort sur une bonne note, paru dans Vers l'Avenir. le 09/04/2014

HAMOIS - Hamois69Maillen73

15-20, 17-24, 13-13, 24-16.

HAMOIS: Dresse 2, Fortemaison 6, Adam, Verpoorten 2, Lafalize 16, Henin 14, Rousseau 2, Kaisin 23 (1x3), Lacroix 2, Tillieux.

MAILLEN: Picchione 12, Chainiaux 16 (2x3), Leroy 8, Furnémont 10, Depouhon 6 (1x3), André 4, Martin 17 (4x3).

Etrillé à l’aller, Hamois a cette fois fait douter Maillen dans les dernières minutes de cette demi-finale retour. Les Condrusiennes ont joué avec plus de décontraction. Et malgré le 2-9 d'entrée, cela s’est vu dès l’entame de la rencontre. Maillen récupérait certes, comme à l’aller, un bon nombre de ballons en zone avant en profitant de l’étroitesse du terrain via son press. Mais Hamois était cette fois plus lucide et était le meilleur dos à l’anneau grâce à Kaisin et Henin. Son manque de réussite à mi-distance ne lui permettait cependant pas de recoller au score là où les visiteuses faisaient parler leur expérience. Dès l’entame du second time, deux bombes de Martin répondaient ainsi à Kaisin pour faire 19-28. Et c’est à nouveau grâce aux tirs lointains que Maillen rentrait aux vestiaires avec un score bien sévère: 32-44. N'ayant plus rien à perdre mais étant toujours maintenu à dix points, Hamois allait toujours y croire. Malgré un dernier triplé de Martin, Kaisin et Lafalize jouaient sur l’envie et la vitesse en contre-attaque pour faire douter son adversaire: 64-68 à la 36e . Le favori au titre jouait cependant intelligemment pour garder l’avantage sur une équipe d’Hamois qui n’a pas démérité et termine sa saison sur une bonne note.Th.L.

Play-off dames, paru dans Vers l'Avenir. le 04/04/2014

Dans cette première manche, Maillen a conforté son statut, au contraire des Loyersoises.

Maillen 83 - Hamois 42
24-13, 25-7, 14-13, 20-9.

MAILLEN: Picchione 10, Chainiaux 3, Leroy 7, Furnémont 8, Martin 8 (2x3), Trausch 13, Bero 6, Depouhon 15 (1x3), André 11, Bertrand 2.

HAMOIS: Dresse, Jeanmart 3 (1x3), Fortemaison 6, Adam, Verpoorten 9 (2x3), Lafalize 7, Henin 3, Rousseau 6, Kaisin 6, Lacroix 2, Tillieux.

Pas favori suite à ces trois larges défaites face à Maillen cette saison, Hamois espérait pouvoir profiter de cette demi-finale où il n’avait rien à perdre pour créer la surprise. Il n’en a rien été. C’est que Maillen a entamé ces play-off avec beaucoup de sérieux. Son zone-press bien en place lui permettait de récupérer beaucoup de ballons très haut et d’ainsi se créer des paniers faciles. Il ne lui en fallait pas plus pour creuser l’écart dès le premier quart-temps. Car si les deux tirs primés de Verpoorten laissaient espérer les Condrusiennes (6-8 à la 3e ), leur nonchalance leur a ensuite joué des tours.

Hamois accumulait ainsi les mauvaises passes, violations et autres pertes de balles évitables là où Maillen faisait la différence par sa vitesse et empilait les contre-attaques dans le second time via Trausch et Depouhon. Sans surprise, la messe était dite à la pause: 49-20!

Même s’il s’est un peu relâché après le repos, Maillen a réaffirmé hier, si besoin en était encore, ses ambitions de doublé. Les Mauves n’ont ainsi jamais lâché et ont fait l’étalage d’un jeu complet. Mais gare à l’excès de confiance mardi prochain dans la petite salle d’une équipe de Hamois qui n’aura, là, vraiment plus rien à perdre.Th.L.

Explosif Hamois - Maillen en quart, paru dans Vers l'Avenir. le 30/09/2013

Hamois A 112 - Bouge B (+5) 37

Avant de jouer un match bien plus compliqué en coupe AWBB contre Herve-Battice, Hamois s’était facilement défait de Bouge B. Les Condrusiennes n’ont ainsi jamais été inquiétées. «C’était un bon entraînement, estimait le coach Michel Jeanmart. Le seul bémol est d’avoir encaissé seize points dans le second quart. Mais on s’est bien repris après.» Le quart de finale sera une tout autre paire de manches puisqu’elles y rencontreront Maillen. «Mais on y aura une revanche à prendre. Car si Loyers me semble au-dessus du lot en P1, je râle d’avoir perdu contre cette équipe de Maillen, en match initial de championnat.»

Coupe AWBB, paru dans Vers l'Avenir. le 30/09/2013

Hamois (+10) 65 - Herve 119

28-23, 10-33, 14-34, 12-29.

HAMOIS : Fortemaison 3 (1x3), Adam 2, Laffalize, Rousseau, Kaisin 26, Henin 18, Verpoorten 4, Van Haecke 2, Lacroix, Jeanmart.

HERVE-BATTICE : Breuer 25, Neto 18, Banneux 12, Forthomme 8, Lemmens 7, Rompen 11, Derotin 15, Decors 23.

Hamois n’a, dans un premier temps, pas fait pâle figure. Les Condrusiennes profitaient de leur avantage de dix unités pour mener 28-23 à la 10e et encore 38-36 à la 18e . Mais elles ont complètement loupé leur fin de première mi-temps, encaissant notamment cinq contre-attaques et en permettant ainsi à Herve de signer un 0-20 en deux grosses minutes! «À partir de là, certaines filles m’ont vraiment déçu en baissant les bras », regrettait le coach Michel Jeanmart.

Hamois a subi son propre stress, paru dans Vers l'Avenir. le 10/09/2013

Hamois n’a pas réussi a confirmé son superbe parcours en Coupe AWBB. Vainqueur de Monceau (R1) et Péronnes (R2), il a cette fois buté (58-78) sur une équipe de Maillen qui est souvent cité comme favorite de la série.

« On est complètement passé à côté du match, regrettait le coach de Hamois, Michel Jeanmart. Je n’ai pas vu la même équipe que celle qui a fait une très belle préparation de saison. »

La faute notamment à un manque de conviction défensive, surtout face à des Assessoises qui ont connu une très belle réussite.

«Les filles se sont mises la pression toutes seules, continuait le coach condrusien. Il y avait beaucoup de stress négatif chez certaines, ce qui a fait qu’on n’a jamais su rentré dans le match. Notre ambition n’est pas du tout la montée mais je crois que nos bons résultats face à des équipes plus fortes au mois d’août ont joué dans les têtes. On est maintenant retombé les pieds sur terre et ce n’est pas plus mal que cela arrive maintenant, en tout début de championnat.»

Maillen prenait ainsi très vite le match à son compte (14-25 puis 31-49 à la pause) grâce à beaucoup d’efficacité et une grosse prestation de Piccione. Peu d’équipes pourront en effet se targuer de mettre quarante-neuf points en une mi-temps dans la très exiguë salle de Hamois.

«On craignait ce déplacement, expliquait le coach de Maillen, Alain Alexis, retenu par la P1 messieurs de Rochefort ce samedi et donc remplacé au coaching, non seulement en raison de salle, mais aussi à cause des renforts de Maillen. En effet, c’est seulement le troisième match où elles évoluent ensemble, et elles ont montré une grosse envie.»

Maillen devra donc assumer son étiquette de favori. «On l’accepte et on sera attendu. Mais il y a aussi d’autres belles équipes, comme Loyers par exemple.»

Une intense course-poursuite, paru dans Vers l'Avenir. le 14/02/2012

Une exaltante première mi-temps permet aux Hamoisiennes de se détacher. Intense course-poursuite des Beaurinoises (43-38).


« Si vous appliquez mes consignes, le match est loin d’être terminé. » Paroles d’encouragement que Frédérick Hardenne adressait aux Beaurinoises qui n’en menaient pas large à la mi-temps (31-17). « En adoptant le rythme de notre adversaire, nous allons ausuicide, avoue le coach. Nous précipitons le jeu alors que ce n’est pas notre rôle et, en plus, les pertes de balle favorisent les contre-attaques adverses. »


La rencontre bien engagée pour Hamois, Didier Robinet jouait sur du velours. « Je dois admettre que notre hôte est déforcé par les blessures. Et quand mes ouailles veulent s’en donner la peine, elles peuvent rivaliser. Il y a bien sûr des hauts et des bas mais c’est le lot d’une jeune équipe qui a encore beaucoup à apprendre. »


Le coach visité ne pouvait mieux parler car la deuxième mi-temps lui réservait bien des surprises. Sous la houlette de Cécile Colla qui exploitait toutes les ficelles du métier, les Beaurinoises entamaient lentement mais sûrement une remontée pour rejoindre son adversaire (38-38) à une minute du terme. Mais le dernier coup de rein des Condrusiennes ruinait tout espoir de victoire qu’elles pouvaient également revendiquer. « Les joueuses ont donné le maximum d’elles-mêmes et finalement la victoire s’est jouée sur de détails »,s’exprimait, déçu, Frédérick Hardenne à l’issue du suspense.


Satisfait de l’issue, le coach hamoisien poussait un ouf de soulagement : « Face à une défense agressive, nous avons perdu les pédales. Limités à trois points dans le troisième quart, c’était la panique à bord mais lorsque nous avons retrouvé du rythme en fin de partie, nos deux interceptions ont fait basculer le score en notre faveur. »


Éducateur de profession, Didier Robinet applique les mêmes principes de conduite sur un terrain de basket mais « celui que l’école communale met actuellement à notre disposition n’étant plus dans les normes, le club devra probablement chercher une autre destination. Mais l’essentiel est de former les jeunes comme je l’ai fait auparavant à Beauraing où j’ai passé sept années merveilleuses. Aujourd’hui, je prends beaucoup de plaisir à coacher cette équipe. Elle n’est pas négligeable puisqu’elle est la relève de la P1 qui entre aussi dans mes attributions. Après une série de huit défaites en dix rencontres, nous redressons la tête avec nos quatre victoires d’affilée. »


Si les infrastructures sont conformes à Beauraing, le club doit résoudre d’autres difficultés. Pascale Rouffart y consacre beaucoup de temps. « Mariée à un joueur de basket, j’ai forcément attrapé le virus et, de fil en aiguille, je suis entrée dans le comité au sein duquel j’assume le secrétariat. Au départ, notre équipe féminine était compétitive mais les blessures ont réduit l’effectif. Depuis des mois, les six rescapées ont beaucoup de mérite. Le retour de Cécile Colla à l’entame du second tour est salutaire pour la suite de la saison. Elle apporte une somme d’expérience très appréciée au sein d’un groupe relativement jeune et qui possède un avenir. »


Hamois : Samain, Mazuy, Viatour, Rosillon, A.-L. Roosens, M. Roosens, Ancion, Vilour, Bihain


Beauraing : Barbier, Colla, Hardenne, Sommelette, Jacquet, Pierret.

Coupe de la Province - Demi finale, paru dans Vers l'Avenir. le 06/02/2012

Hamois 66 - Boninne C 57



25-15, 16-13, 10-11, 15-18.



HAMOIS : Fortemaison 20, Barbier 6, Laffalize 14, Samain 4, Materne 11, Viatour 11, Garnier, Rousseau.



BONNINE : Smeets 11, Tilquin, Halleux 10, Neiva O, Delvaux 9, Maes 1, Debouck 16, Neiva A, Leclercq.



Malgré la différence de niveau, Boninne a fait plus que se défendre ce samedi à Hamois. Les visitées prennent directement l’avance (25-10) mais, malgré cet écart acquis en début de rencontre, jamais elles ne parviennent à tuer le match : 41-28. La taille et l’agressivité de la jeune équipe de Boninne gênent Hamois qui garde malgré tout l’avantage (51-39). Dans le dernier quart, les Namuroises tentent le tout pour le tout mais le 15-18 ne suffit pas. Elles échouent aux portes des demi-finales : 66-57.

La belle option des Hamoisiennes, paru dans Vers l'Avenir. le 31/01/2012

Les journées s’enchaînent et, petit à petit, les verdicts tombent. Pendant que les équipes de tête se disputent les places en or, dans le bas de tableau la lutte pour le maintien est intense. Dans ce combat acharné, Hamois a réalisé le résultat du week-end en prenant le dessus sur Loyers sur le score de 74-63. Désormais, les Condrusiennes comptent une victoire de plus que Boninne B qui a du mal à se défaire de la lanterne rouge. Avec trois victoires en seulement onze matches disputés, Hamois peut désormais souffler avant de recevoir dans quinze jours Boninne B, pour ce qui s’annonce comme le match de la dernière chance pour les Namuroises.



Pour Coraline Materne (photo), la capitaine des Bleues, cette victoire est avant tout due au travail collectif réalisé par un groupe soudé et volontaire. « On a très mal débuté la rencontre car on sentait du stress au sein du groupe. Mais, en seconde mi-temps, on a pris le dessus et on a super bien géré notre avantage de quelques points. D’habitude, les fins de rencontres nous coûtent la victoire, mais la réussite au shoot était de notre côté, Esther (Fortemaison) a d’ailleurs enfilé quelques tirs importants. C’est une véritable victoire d’équipe car tout le monde a apporté quelque chose et, surtout, il y avait énormément d’envie et de hargne, ce qui manquait les autres semaines. »



Toujours en lice en coupe de la province, et bien parti pour obtenir son maintien, Hamois peut rêver à une fin de saison parfaite.




Dans la course aux quatre premières places, Namur a redonné espoir à Profondeville puisque les filles de Dominique Mauroy se sont imposées 43-34 face à Natoye, pendant que Sombreffe se défaisait difficilement d’une équipe de Bouge accrocheuse 54-49.

Hamois prend sa revanche, paru dans Hamois prend sa revanche. le 31/01/2012

Hamois - Givet-Doische, deux équipes côte à côte au classement se sont livrées à un duel épique sur le terrain. Si la victoire finale est tombée dans l’escarcelle du club visité, les Givetoises sortent avec tous les honneurs. « La rencontre, plaisante et correcte, se résume par un chassé-croisé constant,confirme le coach Didier Robinet. L’égalité parfaite subsistait encore à 2’30 du terme. C’est à ce moment que nous avons eu assez de ressources pour nous imposer. L’absence de Carole (Joachim) dans le club visiteur a peut-être joué en notre faveur. Mais je constate que mes joueuses ont nettement progressé depuis le début de la saison. J’en veux pour preuve cette revanche sur notre sévère défaite subie à Givet au match aller (78-30). »



Malgré son effectif réduit, Beauraing n’est jamais à court d’arguments, comme lors de son déplacement chez les Dinantaises qui n’avaient probablement pas l’enthousiasme habituel quand elles ont appris le décès de madame Falaise, figure emblématique du club. Ce succès les replace avant des échéances difficiles.

Plumier satisfait de ses cadets, paru dans Vers l'Avenir. le 24/01/2012

Hamois recevait IATA E. Le déplacement s’annonçait difficile pour IATA puisque l’effectif était amoindri. Le coach, Stéphane Plumier, appréhendait cette rencontre mais, au final, le groupe a réalisé un excellent match. « Nous sommes venus à Hamois sans plusieurs joueurs de l’équipe remplacés par des cadets provinciaux. Je dois dire que j’étais totalement satisfait de leur prestation dans ce match a priori à l’avantage d’Hamois. Nous avons mené de quelques points jusqu’à la mi-temps puis le match a tourné légèrement à l’avantage d’Hamois dans le troisième quart-temps. Ensuite, les deux joueurs les plus expérimentés sur le terrain (Cédric Plumier et Marc Bodart) ont tiré le groupe vers le haut pour repasser devant et conserver dix points d’écart. Les consignes de match ont été respectées dès le départ, ce qui a empêché les joueurs condrusiens de jouer le rebond et la contre-attaque.»


Sébastien Hensotte, coach hamoisien est aussi satisfait de la rencontre malgré la défaite. « Nous avons dû cravacher pour rattraper les points perdus lors de la première mi-temps. La deuxième a été fatale à mon équipe. Le match a été relativement correct et l’équipe a fait son job, malheureusement IATA était plus fort ce soir et l’a emporté 58-68.

Faulx a perdu patience, paru dans Vers l'Avenir. le 25/10/2011

Ludovic Bouvier (Faulx), vous avez connu un début de match assez équilibré puis la déroute, à Hamois (57-40). Que s’est-il passé ?



Le match avait bien commencé puisqu’effectivement, nous faisions jeu égal avec l’équipe de Hamois et, cela, jusqu’à la fin de la première mi-temps. Ensuite, nous avons perdu dix points sans jamais pouvoir revenir au score. Tactiquement, les consignes de match ont été bien respectées mais nous avons perdu beaucoup de ballons dans les conclusions. C’est vraiment dommage parce qu’on aurait pu faire la différence dans cette rencontre.



Mais alors d’où est venue cette différence ?



Je pense que mes joueurs ont perdu patience dans la deuxième mi-temps et que les fautes se sont accumulées.



Votre objectif reste-t-il de prendre le dessus contre des clubs de force égale à Hamois ?



Oui, il est important de gagner certains matches pour garder une bonne ambiance dans l’équipe et permettre de continuer à s’amuser dans le jeu.



Sébastien Hensotte (Hamois), comment avez-vous vécu ce match ?



Une première mi-temps difficile puisque nous devions courir après le score et nous avons un peu souffert physiquement. Les garçons de Faulx étaient plus agressifs sur le ballon et ils ont fait la différence avec trois lancers à trois points réussis dès le début du match. Ensuite, pour la deuxième mi-temps, nous avons accéléré le jeu et dominé la fin de match pour terminer sur une victoire.

Hamois confirme sa bonne forme, paru dans Vers l'Avenir. le 25/10/2011

Trois rencontres avaient lieu ce week-end en première provinciale dames. À commencer par un certain Bouge - Ciney. Match qui la saison passée se présentait comme un choc de haute lutte n’est maintenant plus qu’un match comme tant d’autres. La victoire de Ciney sur un score sans appel (43-58) le prouve. Encore une victoire des Bleues qui continuent leur parcours en tête du championnat, accompagnées de Namur qui, comme les Cinaciennes, ne comptent qu’une petite défaite.



Bouge pour sa part occupe seul la dernière place du classement puisque Hamois s’est imposé à Boninne. Après une première victoire arrachée il y a une semaine, les Condrusiennes ont confirmé leur bonne forme du moment, en s’imposant en déplacement : 60-68. Avec désormais deux victoires, les joueuses de Didier Robinet respirent et restent au contact de Loyers et de leur adversaire du jour.



La troisième rencontre se déroulait à Natoye où les filles d’Alain Alexis recevaient Profondeville. Match délicat pour les Jaunes, mais qui ont très bien manœuvré puisqu’elles se sont imposées facilement sur la marque de 66-48. Une large victoire qui permet aux Natoyennes d’enregistrer un troisième succès contre deux défaites.



Pour Profondeville par contre, c’est le coup d’arrêt. Alors que les joueuses d’Arnaud Genicot (photo) réalisaient des résultats prometteurs depuis quelques semaines, force est de constater que, face à des adversaires plus coriaces, la jeune garde des Bleues a encore du mal à s’imposer. Malgré tout, avec un bilan de quatre victoires pour deux défaites, les Profondevilloises pourraient s’installer sans faire de bruit, comme un éventuel candidat aux quatre premières places.

Hamois décroche son premier succès, paru dans Vers l'Avenir. le 18/10/2011

HAMOIS - Match des opposées ce samedi entre Hamois et Bouge… si on tient compte des attentes de début de saison. Mais au vu des résultats obtenus jusqu’ici, ce match était une rencontre de bas de tableau, entre une équipe d’Hamois toujours à la recherche de sa première victoire et Bouge qui n’a gagné qu’un seul match. Même s’il n’est jamais simple de s’imposer dans la petite salle condrusienne, Bouge était le favori de la rencontre. Et pourtant, Hamois a déjoué tous les pronostics en s’imposant méritoirement.




Dès l’entame de match, Hamois prend les devants et ne laisse plus Bouge reprendre le contrôle de la rencontre. La zone des visitées gêne les Namuroises qui trouvent trop occasionnellement des solutions. Hamois garde son avantage jusqu’au bout et parvient à s’imposer sur le score de 64-53.


Après cet exploit, Didier Robinet (photo) pouvait savourer la première victoire de la saison. « Cette victoire, ce n’est pas de la chance, on la mérite », lâche le nouveau coach des Bleues. J’avais dit aux joueuses que la clé du match serait la défense et elles l’ont très bien compris. Bien entendu, par moments, on était dominé dans la raquette mais, face à de tels gabarits, c’est normal. Les filles méritent cette victoire car elles avaient la rage, c’était superbe de les voir jouer en défense de cette façon. On obtient enfin notre première victoire, c’est un soulagement car, après la défaite encaissée la semaine passée à Loyers, la pression montait. »


À Bouge par contre, rien ne tourne pour Aurélien Garraux et ses filles qui désormais s’enfoncent dans le bas de tableau. Depuis le début de saison, les contre-performances s’accumulent. Visiblement, la mayonnaise ne prend pas et il faudra se montrer patient en attendant des jours meilleurs…

Beez et Iata au sommet, paru dans Vers l'Avenir. le 18/10/2011

NAMUR - Huit jours après avoir défait (80-69) assez facilement le Mosa, Beez a failli se faire surprendre (55-52) par la lanterne rouge, Faulx. « Ce ne fut pas facile, confie Michel Philippot, avec un retard de quatre unités au repos. Face à Faulx qui s'est déplacé avec sept joueurs, mais des joueurs motivés, mon groupe a sans doute pris le début de rencontre à la légère. Nous voilà premiers, ce qui n'était pas l'objectif de départ. »


Récent vainqueur d'Erpent (83-51), Iata a écarté (53-46) Rochefort qui reste sur deux revers consécutifs. « On réalise la bonne opération du week-end lance Jean Joannes Malgré ce succès il y a encore du travail à effectuer et spécialement en défense. Ce samedi, ce fut en fin de match que nous avons émergé, Rochefort n'étant pas facile à manier jusque là. »


Pour sa part Maillen a confirmé son dernier succès, obtenu à Rochefort (65-89). Pourtant l'adversaire était, en principe de taille, Hamois. « On doit ce succès (84-49), explique Pierre-Yves Delveaux, grâce à une bonne entame de match (27-6). Ce fut une bonne prestation avec de la vitesse à tous les niveaux, de la réussite dans les tirs et du collectif. Confiant, car on reste sur trois bonnes sorties. »

Ciney vogue en confiance, paru dans Vers l'Avenir. le 18/10/2011

CINEY - Techniquement supérieures, les Floreffoises de Sandy Pieroux ont pris l’ascendant sur La Bruyère (64-38).


« Ce sont desdébutantes, note le coach, mais elles se montrent agressives dans le bon sens du terme. Si elles avaient un avantage de taille, elles étaient moins rapides. »


Par contre, les protégées de Denis Frère ont tremblé jusqu’au bout face à Éghezée qui leur rendait visite (63-61).


« Notre adversaire méritait autant la victoire que nous,avouait le coach dinantais. En fin de match, elles se sont montrées plus volontaires que mes joueuses, à court physiquement. Heureusement, les jeunes ont pris le relais. »


Dominées par Boninne (32-63), les jeunes Hamoisiennes passent encore par le dur apprentissage.


« Mais il n’y a aucun signe de découragement,affirme Didier Robinet. Après avoir rencontré les grosses pointures, nous devrions connaître des jours meilleurs. »


Même si Bouge a tant soit peu contrarié l’attaque profondevilloise, celle-ci a encore largement pris le dessus (73-45).

Quant aux Cinaciennes, elles n’ont pas manqué le rendez-vous important contre leurs voisines natoyennes.

« Le plus difficile était de gérer le peu d’effectif à ma disposition,explique Jean-Pierre Georges. La confiance au sein du groupe a été un des facteurs déterminants de la victoire (50-32). »

Des regrets à Rochefort, paru dans Vers l'Avenir. le 11/10/2011

Profondeville B s’impose à Hamois, et Maillen à Rochefort. Désormais quatre formations (Hamois, Rochefort, Beez B et Iata C) se partagent de la pole position. En effet, Hamois et Rochefort, qui comptaient toujours le maximum des points, ont été surpris à domicile et, de ce fait, rejoints par IATA C et Beez B. Quant à Profondeville B et Erpent B, ils restent en embuscade. Et au vu du calendrier des deux prochaines semaines, on devrait vivre de chaudes rencontres.


« À Rochefort, nous avons pris un excellent départ, confie le coach Pierre-Yves Delvaux. Rochefort y a cru longtemps avant que nous opérions la différence en fin de match. »


« Je suis déçu de la prestation de mon groupe, répondait Jean-Jacques Stevens. Autant j’avais eu des satisfactions lors des matches précédents, autant ici mes joueurs sont passés à côté de leur match. »


À Hamois, le coach Emmanuel Biller parlait d’un match de qualité moyenne et acceptait sportivement la défaite.


À IATA, Jean Joannes est évidemment satisfait de la tournure des événements avant la venue de Rochefort. « Mes joueurs, en restant concentrés, ont bien agi en défense et pris leurs adversaires à la gorge. »


Quant au sort de Beez, Michel Philippot n’a pas à se plaindre mais prévient que son équipe n’a pas encore affronté les gros bras de la série. « Face au Mosa, nous avons bien œuvré mais dû attendre le dernier quart pour l’emporter. »

Bouge obtient sa première victoire, paru dans Vers l'Avenir. le 11/10/2011

Plusieurs matches importants avaient lieu ce week-end dans une série qui reste très ouverte. Même si les favoris ont du mal à faire leur loi depuis le début de saison, une équipe semble imperturbable : Namur Capitale.


Les filles de Dominique Mauroy ont une nouvelle fois empoché les trois points face à Natoye B. Pourtant, cette rencontre au sommet était le piège parfait pour les Namuroises. Mais les Natoyennes n’ont pu que constater la supériorité de l’adversaire et ont dû déposer les armes pour finalement s’incliner 43-52.


L’autre résultat probant du week-end est la très belle victoire de Bouge à Sombreffe. En difficulté avec un compteur resté bloqué à zéro victoire, les Bougeoises (photo : Ludivine Deneffe) ont réagi en l’emportant contre Sombreffe sur le score de 66-53. Ce premier succès doit désormais lancer les joueuses d’Aurélien Garraux qui doivent maintenant confirmer pour retrouver une place digne de leur statut.


Ciney, de son côté, continue son petit parcours en empochant des victoires cruciales. Victorieuses sur le terrain de Boninne 42-62, les Cinaciennes n’ont plus concédé le moindre revers depuis la journée initiale. Même si l’objectif de Catherine Mine n’est pas de jouer la tête du classement, force est de constater que Ciney aura encore son mot à dire cette saison. Le week-end prochain Ciney recevra Namur, un choc quoi qu’on en dise.


Enfin, pas de surprise à Loyers, ou Hamois n’a pu contester la victoire des visitées. Score final 64-46. Pour Hamois la saison s’annonçait compliquée et c’est le cas. Une première victoire soulagerait certainement le jeune noyau de Didier Robinet qui devra batailler jusqu’au bout pour obtenir son salut.

Tout va pour le mieux à Hamois, paru dans Vers l'Avenir. le 27/09/2011

HAMOIS - La bande de copains de Hamois surfe sur la bonne vague. Elle reste invaincue et vient de signer sa quatrième victoire contre son voisin Braibant.





Le mauvais second tour de Hamois la saison dernière semble définitivement oublié. Quatrième au mois de janvier, les Bleus avaient en effet baissé les bras pour le reste de la saison. Mais ils semblent maintenant être à nouveau sur les bons rails. Avec quatre victoires en autant de rencontres, ils trônent en tête de la série. « C’est inespéré mais mérité, sourit le coach Emmanuel Biller. Mais on ne veut pas jouer absolument pour le titre. Le club n’a pas l’ambition de monter. On ne s’entraîne d’ailleurs qu’une fois par semaine. »

C’est que le ciment de l’équipe, c’est l’ambiance. Une ambiance bien connue pour des gars qui se connaissent depuis un bon bout de temps. « On veut garder cet esprit où les joueurs viennent pour s’amuser. On est d’ailleurs plus soudé que l’année dernière, au second tour. »

Et le derby face à Braibant n’a fait que confirmer les premières tendances (78-63). Même si les visiteurs n’ont jamais rien lâché malgré un mauvais second quart.

Le coach Vincent Nicolay y voit un problème de réussite. « On ne débute pas le match trop mal mais on foire un peu dans le deuxième quart. Une fois que ça cale un peu devant, on ne trouve pas la solution. Alors on force nos shoots et l’écart se creuse. »

Avec neuf tirs à trois points marqués, Braibant a néanmoins fait preuve de réalisme. « Braibant n’a jamais lâché, disait Emmanuel Biller à Hamois. Et Van den Branden nous a fait particulièrement mal. Si on n’a connu aucun problème défensif à l’intérieur, on est resté à chaque fois à cinquante centimètres du joueur en périphérie et ils ont artillé. »

Braibant a donc connu un creux avant la pause mais n’a jamais pu recoller malgré quelques bonnes séquences. Vincent Nicolay : « On joue trop au yo-yo et, donc, les satisfactions se recoupent avec les déceptions. On a en effet montré qu’on est capable de réagir mais aussi qu’on ne le voulait pas tout le temps. Il faut dire aussi que Hamois est la plus belle équipe qu’on a affrontée jusqu’à présent. C’est très complet et ça tient la route à tous les postes. Mais je pense qu’avant ce match, on pouvait être dans la même position qu’eux, avec trois victoires sur trois. On perd en effet de très peu contre Beez et La Plante. On reçoit Loyers la semaine prochaine, ce qui est sans doute le match idéal pour se relancer. Une victoire nous replacerait d’ailleurs dans le milieu du classement. »

Un milieu de classement que Hamois ne devrait pas connaître d’ici peu. « Mais le jour où on perd, ce ne sera pas la catastrophe. On veut toutefois tout gagner chez nous et les victoires à l’extérieur seront du bonus. »

L’IATA débute bien, paru dans Vers l'Avenir. le 06/09/2011

NAMUR - L’IATA E a eu du mal à se mettre en place face à Hamois, et à assimiler les consignes du coach, Stéphane Plumier. « Sur le plan défensif, ce n’était pas bon. Après un quart-temps, nous avions encaissé dix-neuf points. Inacceptable », appuie le coach.

Après un second quart du même acabit, les Namurois ont enfin appliqué les consignes. Et ils ont pris le large (victoire 68-46). Mais le mérite ne leur revient pas totalement puisque, en face, Hamois B a connu une baisse de régime et a craqué physiquement. « Si Hamois travaille son physique, cette équipe posera de grosses difficultés à ses adversaires, souligne Stéphane Plumier avant d’ajouter C’est un bon premier match. Après des rencontres de préparation un peu difficiles, nous avons bien débuté. »

L’intégration des jeunes, le principal objectif de l’IATA E cette saison, a déjà débuté. Exemple avec Dochez ce week-end. De retour, il a marqué dix points. S’il continue à évoluer, il pourrait monter plus haut. « En cours de saison, on risque effectivement de perdre certains pions, partis vers les autres équipes du club. On aura peut-être des difficultés au niveau de la P3 mais on aura atteint notre objectif de formation », conclut le coach.

L’étiquette de grand favori pour Maillen, paru dans Vers l'Avenir. le 01/09/2011

NAMUR - Maillen favori ? Sans doute, mais ses adversaires nourrissent également tous de très grandes ambitions.

Plébiscité tout comme Maillen, IATA C reste les pieds sur terre. Pour cette saison, Jean Joannes vise la formation et sait qu’il ne pourra pas toujours compter sur son effectif au complet. « Cela pourrait changer d’un week-end à l’autre », dit ce dernier.

Au Mosa Jambes B on compte confirmer la défunte saison soit deux montées avec la P3 et la P2. « Comme ce fut le cas l’an dernier, confie Michaël Dupuis, on espère, pourquoi pas, conserver le prix du fair-play. Sur le plan sportif, on verra match après match même si le but est de jouer les premières places ».

À Profondeville, l’idée est également de viser le haut du panier. Pour réussir, le coach Christophe Costantiello dispose d’une équipe compétitive et très motivée.

Même son de cloche pour Beez où Luciano Battocchio compte terminer la saison dans les quatre premiers. Son coach, Michel Philippot, espère avant tout que son groupe retrouve le goût du basket, du beau basket.

Philippe Laffut et Hamois comptent également effectuer un itinéraire honnête.« Le souhait, confie Philippe Laffut, est de faire mieux que l’an passé, à savoir viser le Top 4. Pour cela il s’agira d’être plus régulier que lors du défunt championnat ».

Rochefort, qui sera à nouveau dirigé par Jean-Jacques Stevens, espère connaître un meilleur départ que l’année dernière. « Pourquoi ne pas viser une place dans les trois premiers, commente ce dernier, tout en intégrant les jeunes. Possible si on sait que l’équipe est plus complète que l’an passé avec notamment de la qualité dans tous les secteurs de jeu ».

Pour les autres formations inscrites dans la série, le premier objectif est d’assurer au plus vite le maintien sans oublier l’intégration des jeunes. Entre ces équipes, on devrait donc vivre de belles empoignades.

Réaction logique de Natoye, paru dans Vers l'Avenir. le 15/03/2011

HAMOIS - Division 1 DAMES Pas de surprises lors de l'antépénultième journée du championnat. Natoye s'est logiquement imposé face à Loyers. Battues il y a une semaine face à Namur C, les Jaunes se devaient de réagir. Grâce à une très bonne première mi-temps et surtout à un bon collectif, Natoye n'a pas tremblé. Après un premier quart à leur avantage (22-14), les Jaunes ont enfoncé le clou pour signer un 20-6 dans le second acte. Même si la deuxième période est plus équilibrée, Loyers n'ont pu empêcher Natoye de l'emporter sur le score de 83-57.
Alain Alexis se montrait satisfait : «On a surtout bien joué en première mi-temps avant de se relâcher en seconde. Mais c'est surtout une victoire collective : toutes les joueuses ont apporté un plus à l'équipe . Après la défaite de la semaine passée, il fallait se remettre en question pour aborder les play-off dans de bonnes conditions.» Bouge a signé une large victoire contre Hamois (82-41). Jamais les Bougeoises n'ont douté face à des Condrusiennes qui ne sont pas encore sauvées. Hamois et Loyers devront batailler jusqu'au dernier match de championnat. Pour Hamois, il s'agira surtout de ne pas se louper face à Sambrien le week-end prochain. Un match qui pourrait confirmer le maintien des Condrusiennes en première provinciale. B. G.

Bouge mérite mieux, paru dans Vers l'Avenir. le 15/03/2011

BEAURAING - Menées 18-19 à la mi-temps, les Cinaciennes obtenaient un score surprenant pour une équipe de tête d'autant que Bouge était un adversaire qui ne s'était pas souvent illustré en déplacement. «Je n'étais pas présent durant la première mi-temps, déplore Vincent Jacquière. Le tir a été rectifié après la pause mais il y eut encore beaucoup de ratés. Nous avions déjà connu des difficultés à l'aller et j'estime que l'adversaire mérite un meilleur classement (45-36).» En difficulté lors de leurs dernières rencontres, les Falsitombiennes ont retrouvé leur basket. «Le déplacement à Beauraing n'était pourtant pas sans danger (25-39), rétorque Christelle Lacroix. On peut déplorer un manque d'efficacité offensive (2-1 après 9') mais notre emprise sous les anneaux a été prépondérante. Je retiens surtout le collectif, ce qui est de bon augure pour l'avenir.» Didier Robinet n'avait que des éloges à l'égard de ses Hamoisiennes. «Avec un avantage de taille, les Floreffoises s'échappaient dès le départ (4-19). Mais avec une bonne organisation défensive, nous avons colmaté les brèches et empêché leurs pivots de s'exprimer (26-21 au repos). Ensuite, ce fut un chassé-croisé au bout duquel nous avons réussi à conserver le point gagnant (55-54).» J.M.

La relève en de bonnes mains, paru dans Vers l'Avenir. le 22/02/2011

DIVISION 2 B DAMES

La relève en de bonnes mains

HAMOIS - Plutôt que de se focaliser sur le résultat, Hamois et Ciney privilégient un but commun : la formation des jeunes. Les voici opposées (22-54).


Toute défaite avec un score d'une telle amplitude devrait normalement marquer les esprits.

Ce n'était pourtant pas le cas de Didier Robinet. «Certes, il n'y avait pas photo, acquiesce le coach hamoisien, mais par rapport au match aller, il y avait de net progrès et, avec les moyens du bord, nous avons opposé de la résistance. L'écart final vient essentiellement du jeune âge des joueuses qui font toujours partie de la catégorie des minimes. Sous la pression défensive de Ciney durant toute la rencontre, on peut comprendre les pertes de balle qui permettent les paniers faciles de l'adversaire.» Sans se focaliser sur le résultat donc, Didier Robinet préfère s'investir complètement dans son nouveau challenge : «Piégé par des amis, j'ai signé à Hamois mais sans aucun regret. En tant qu'éducateur, je mets en quelque sorte mes compétences au service du basket pour la formation des jeunes qui sont la relève de demain.»
Si Vincent Jacquière ne dédaigne pas la victoire ni la place d'honneur que son équipe cinacienne occupe en ce moment, son premier objectif est exclusivement la formation. «Même s'il est souvent incomplet, j'ai peut-être l'avantage d'avoir à ma disposition un petit noyau de titulaires, reconnaît le coach visiteur. J'ai donc la possibilité d'y adjoindre des jeunes cadettes en formation et le choix s'effectue en fonction de l'adversaire. Au contact de partenaires plus expérimentées, elles sont en nette progression. Aujourd'hui, contre Hamois, nous avons pu revoir et travailler nos systèmes en profondeur mais l'apprentissage ne les empêche pas de conserver l'engouement pour la victoire. Nous sommes bien placés dans le peloton de tête mais il est préférable de ne pas faire d'annonce car Faulx et Sombreffe sont aussi compétitifs.»

Malonne à cinq et sans coach, paru dans Vers l'Avenir. le 08/02/2011

Braibant se déplaçait jeudi à Erpent avec, au bout du compte, une large défaite (93-32). «Nous n'avons pu rivaliser avec Erpent, confie le délégué Michaël Mottet, qui a pris directement les devants et a constamment pratiqué le press. »



Par contre, ce samedi face à Malonne, le succès a, cette fois, pris de nettes allures. «Nous avons pris d'entrée de jeu les commandes par un 20 à 0, poursuivait-il. Malonne, réduit à cinq unités et sans coach, n'a pas fait illusion. »


La rencontre qui a opposé Hamois à Rochefort a été très disputée et tendue (54-64). Les trois points sont revenus aux Marcassins au terme d'une prolongation. «Je râle un peu sur mes joueurs, commente Jean-Jacques Stevens, qui, après avoir mené de quatorze points, se sont fait peur. J'estime qu'on n'aurait pas dû attendre les prolongations pour émerger mais il faut savoir qu'il n'est pas facile de s'imposer à Hamois. Ce succès nous permet de réaliser une belle opération au classement. Et le prochain match au BS Gembloux sera à nouveau très important.» À Hamois c'était la déception. «Réduit à six, confie Philippe Laffut, on a raté le coche. À quelques secondes du terme, nous avons raté la transformation de deux lancers francs qui nous prive du succès. Dans la prolongation, on a craqué physiquement.»

Avant le choc... tant attendu, paru dans Vers l'Avenir. le 08/02/2011

Natoye souffre mais ne craque pas, Sombreffe peut garder espoir. Quant à Ciney, il semble imperturbable. Avant de recevoir le leader Boninne.



Coupe de province oblige, tous les regards se portaient vers les demi-finales. Mais pendant que des équipes se disputaient une place en finale, d'autres se rencontraient en championnat.
Parmi elles, Sombreffe se rendait à Hamois. Pour encore croire à une place en play-off, les filles de Marc Mesureur ne pouvaient se faire surprendre dans le Condroz. Et ce fut loin d'être facile pour les Sombreffoises, accrochées durant trois quart-temps (50-52). Les visitées ont ensuite contrôlé les débats grâce à une défense intransigeante. Score final : 59-74.


Au même moment, Natoye s'imposait dans la douleur à Andenne. Comme souvent cette saison, les Oursonnes ont tenu la dragée haute à un gros morceau de la série mais la victoire leur tourne encore le dos. Après avoir été mené à la mi-temps (27-26), Natoye a finalement émergé en fin de match pour s'imposer 51-54. Grâce à cette victoire, les filles d'Alain Alexis conservent une précieuse place dans le quatuor de tête. En semaine, Ciney avait facilement pris le dessus sur Loyers sur le score de 43-61. Avec ce résultat logique, les Cinaciennes continuent une série de rêve et prouvent qu'il faudra compter avec elles jusqu'à la fin de saison.

C'est donc en pleine confiance, que les joueuses de Catherine Mine reçoivent Boninne ce mercredi à 20 h 30, pour le choc de série. Toujours invaincues, les Boninnoises doivent se montrer conquérantes si elles veulent conserver leur invincibilité en championnat. Éliminées en coupe au stade des quarts de finales, les filles de David Rousseaux n'ont plus que le championnat pour remporter un trophée cette saison. Bien que ce match ne soit pas décisif, le vainqueur prendra un avantage psychologique certain, avant de futures confrontations.

Hamois se donne de l'air , paru dans Vers l'Avenir. le 25/01/2011

Match de bas de tableau ce week-end entre Hamois et Loyers, deux équipes en lutte pour le maintien qui comptent trois victoires chacune. Malgré une très bonne entame de match et un contrôle presque total de la rencontre, Loyers s'est incliné dans le Condroz. Après avoir mené au score pendant trente minutes (18-29 à la 20e, puis 33-47 à la 30e) les filles de Danny Martin ont subi le réveil des filles de Julien Fokan. Poussées par Materne, Laffalize, Garnier et Fortemaison, les Bleus allaient renverser la vapeur dans le dernier quart (30-6) pour finalement s'imposer face à un adversaire direct : 63-53.
Heureux de la tournure des événements, Julien Fokan peut savourer ce bon résultat acquis par ses joueuses. «Je suis satisfait car, après avoir été menées, les filles ont eu une réaction et elles ont montré qu'elles voulaient cette victoire.

Nous sommes toujours dans la course au maintien. Grâce à cette victoire, nous allons pouvoir relâcher la pression et aborder les gros matches qui arrivent avec beaucoup plus de sérénité .»

En effet, les Hamoisiennes sont au-devant de plusieurs matches décisifs en vue du maintien. Elles rencontreront successivement Profondeville et Andenne, deux adversaires à leur portée.

Succès du Mosa et d'Ohey, paru dans Vers l'Avenir. le 25/01/2011

Face à Rochefort où l'arrivée de Jean-Jacques Stevens semble bénéfique, le Mosa Jambes n'a pas dû forcer son talent pour engranger un onzième succès (88-53). «Grâce à une grosse pression défensive et à un physique au top, nous avons pris Rochefort directement à la gorge, confie Jean-Paul Lejeune. De plus, j'ai eu l'occasion de faire tourner tout le banc. Voilà une belle préparation avant d'aller à Sombreffe mais surtout avant de recevoir Erpent. »
Le derby Ohey - Hamois est logiquement revenu aux hommes de Philippe Gasia qui déploraient pourtant l'absence de plusieurs joueurs (83-57). «Pas un grand match, explique-t-il. Nous avons avant tout assuré un service minimum. En effet, nous avons surtout fait la différence lors du troisième quart. Avant la pause, ce n'était pas très bon. Nous voilà prêts avant le choc de la semaine prochaine... au BB Gembloux. »

À Hamois, l'ambition était évidemment d'offrir une autre résistance. «Alors qu'Ohey a très bien oeuvré, notre manque de physique s'est payé cash, commente le coach Philippe Laffut. Ainsi, après un premier quart de bonne facture, nous n'avons pu poursuivre, le physique faisant défaut. Mais c'est surtout chez les ailiers que nous avons manqué de poids et de concrétisation.»

Beauraing vaincu à domicile , paru dans Vers l'Avenir. le 25/01/2011

Beauraing qui baisse pavillon face à Hamois (56-59), c'est une surprise d'autant que les protégées de Jean-Pierre Servotte sont quasi intraitables à domicile. «L'adversaire avait plus de rage de vaincre, précise le coach. Et en l'absence de Cécile Colla, un pion capital, mes filles se sont retrouvées sans leader et probablement stressées face à Didier Robinet, leur ancien coach.» Les Sombreffoises de Benjamin Thémans gagnent (57-40) mais le coach reste insatisfait : «Contre Dinant, mes filles ont joué en marchant, sans rythme. Elles ont vécu sur l'acquis du premier quart (21-9).» Par contre, Patrick Dhaene est plus généreux dans ses commentaires : «Contre Floreffe, j'ai passé mon effectif en revue. Nous gagnons sans forcer (52-25). Le match est joué avec courtoisie par les deux équipes et l'arbitre Joël Michel.» Par contre, à Faulx, ce n'était pas le cas de Christelle Lacroix qui n'a pas apprécié l'attitude de l'adversaire visiteur. «Je ne m'explique pas la nervosité dont a fait preuve notre hôte bougeois. J'estime que mes filles ont le mérite d'avoir conservé un bon esprit et de ne pas être tombé dans le piège. Nous avons mené ce match de bout en bout avec un score qui démontre bien notre supériorité (74-40).»

Erpent défait à Gembloux, paru dans Vers l'Avenir. le 18/01/2011

Dans le haut du tableau, la bonne affaire a été réalisée par BB Gembloux B qui a pris la mesure d'Erpent (79-56). Pourtant, le match débutait en faveur du trio erpentois composé de Gillet, Marx et Lambot : 11-24 de la 10e. «Après une mauvaise entame de match, Van Heck et Briot ont pu arrêter l'hémorragie», confie Jean-Jacques Jacobs, le coach gembloutois. À la reprise, Pater lançait Gembloux qui passait devant pour la première fois à la 27e (48-47). Enfin, Breyer étouffait un adversaire déforcé où Lambot et Quevrin étaient en problème de fautes.» Alors que Malonne B accusait un nouveau forfait, Ohey s'imposait à Rochefort (58-72). «Nous devons ce succès à un basket collectif et à de la concentration durant toute la rencontre,
explique le coach condrusien Philippe Gasia. Rochefort n'est pas facile à manier à domicile mais a été sanctionné de nombreuses fautes. À Ohey, il s'agit de noter la très belle prestation du duo Piccini-Davin. »

Hamois a été surpris par IATA B (60-74). «C'est le plus mauvais match de cette saison, commente Philippe Laffut. IATA, au jeu rapide et possédant d'excellents shooteurs, mérite son succès. Nous nous étions imposés à l'aller. En laissant constamment le commandement à IATA, nous ne pouvions rien revendiquer.» Sombreffe-Ligny s'est imposé au BS Gembloux (68-57)

Mosa Jambes et Ohey à l'aise, paru dans Vers l'Avenir. le 11/01/2011

En déplacement au BS Gembloux, le Mosa Jambes a rapidement imposé ses vues (44-82). «Avec une marque de 18-39, le match était plié à la pause, confie le coach jambois Jean-Paul Lejeune. Nous avons ainsi pris notre revanche sur le match aller que nous avions remporté de six points. Voilà une bonne reprise car nous n'avons plus joué depuis le 28 novembre dernier.» Ohey n'a pas dû forcer son talent (95-58) pour venir à bout de Sombreffe-Ligny. C'est un résultat et une manière de jouer qui a plu au coach Philippe Gasia. «Ce fut très facile avec un rapide 17-2 d'entrée de jeu. Cette fois, mon groupe a montré de l'envie et de la concentration. À tel point qu'au repos, j'ai dit à mes joueurs : "Parfait, je n'ai rien à... dire". Il s'agit donc d'une bonne préparation avant les matches à venir qui seront bien plus difficiles à gérer.» À Erpent, Hamois a fait mieux que se défendre. Mais, après avoir mené de quinze points au cours du premier quart et de quatre unités à la pause, la situation s'est inversée. «Alors que nous menions à la pause, indique le secrétaire Philippe Laffut, nous avons essayé d'accélérer. Une manière d'agir qui n'est pas la nôtre. Erpent a profité de contres et de shoots à distance pour revenir et s'assurer les trois points.» Enfin, Malonne ne s'est pas déplacé au Sambrien!

Bouge gagne et perd , paru dans Vers l'Avenir. le 11/01/2011

Les Bougeoises étaient mises à rude contribution ce week-end. En accueillant Hamois samedi soir, elles avaient l'opportunité de remporter la victoire. «Nous avons réussi et elle nous fait plaisir, même si elle n'a pas été facile (48-40), concède la coach Milène Guns. En fin de rencontre, les filles ont conservé leur lucidité pour terminer en force.» Le lendemain fut moins heureux puisque la défaite (41-60) était d'actualité face à des Éghezéennes qui affichent toujours plus de maturité à chaque rencontre.
Les Dinantaises n'ont pas raté le rendez-vous contre Floreffe 60-46). «Nos hôtes se sont accrochées jusqu'à la mi-temps, réplique Grégory Ramelot. Mais peu importe la manière, après un mois chahuté par les remises, l'important était de reprendre avec une victoire et ainsi de retrouver le goût et le plaisir de jouer.» Christelle Lacroix ne pouvait mieux rêver que de reprendre la compétition par une large victoire (64-23). «D'entrée au jeu, mes filles ont pris les commandes pour aggraver le score au fil des minutes. C'était probablement l'adversaire qui convenait pour une reprise après un mois d'interruption. Notre prochain match à Éghezée, un nouveau test, sera probablement plus périlleux.»

Ciney remporte le derby, paru dans Vers l'Avenir. le 30/11/2010

Derby condrusien sans surprise ce week-end. Même si la logique a été respectée, Hamois a rendu la vie difficile aux jeunes Cinaciennes durant une mi-temps : 31-34 à la 20e. Ensuite, Ciney à imposé son jeu, et les visitées ne pouvaient que constater la supériorité de l'adversaire. Ciney s'impose finalement 52-73.
Pour Julien Fokan, le coach d'Hamois, la défaite est logique. «Nous faisons une très bonne première mi-temps, parvenons à faire douter Ciney pendant vingt minutes, c'est positif. Mais face à une équipe comme Ciney, nous aurions pu revendiquer beaucoup plus. Ciney est un niveau au-dessus, avec des joueuses qui évoluent en R2. Cette défaite ne me tracasse pas mais, par contre, il faut se concentrer sur le match de la semaine prochaine, car il faudra gagner face à Sambrien.» De son côté, Catherine Mine savourait cette nouvelle victoire. «La première mi-temps était difficile. C'était du style : une passe, un shoot. Nous avions du mal à poser notre jeu sur la zone adverse. Au vestiaire, nous avons remis les choses au point et les filles ont joué beaucoup plus calmement, sans se précipiter.» Place au sommet pour Ciney qui reçoit Boninne le week-end prochain. B.G.

Faulx sur sa lancée, paru dans Vers l'Avenir. le 30/11/2010

Pour Christelle Lacroix, le déplacement à Ciney était un test pour ses Falsitombiennes invaincues. «Il s'est avéré payant, se réjouissait le coach. Nous avons fait du bon boulot en défense et nous poursuivons sur notre lancée. Nous jouons pour notre plaisir et je n'ai aucune pression à mettre sur le groupe.» Les Cinaciennes n'ont cependant pas démérité suivant l'avis de Vincent Jacquière : «Le match n'a pas été à sens unique et nous sommes même revenus à -2 avant que l'adversaire ne reprenne ses distances. L'écart final (38-53) me semble surfait mais, finalement, l'expérience de Faulx a parlé face à la jeunesse de Ciney.» Avec un avantage de sept unités à la mi-temps, Éghezée était sur le bon chemin (60-47). «Nous avons toujours tenu la tête face à Hamois malgré un brin de nervosité dans le dernier quart», précise Luc Salmon.
À Gérin où il n'est jamais facile d'évoluer, les Bougeoises ont assumé tant bien que mal à la grande satisfaction de Mylène Guns. «Ce n'était pas folichon mais joueuses et arbitres ont fait un effort parce qu'il fallait jouer la rencontre (16-31).» À Boninne, superbe match (51-45) des filles de Patrick Dhaene : «Dinant est revenu à -2 dans le troisième quart-temps mais nous avons réagi à bon escient.» J.M.

Un travail festif à Floreffe , paru dans Vers l'Avenir. le 09/11/2010

FLOREFFE - Si les Floreffoises jouent d'abord pour le plaisir, tout le monde participe à la fête. «Il n'est pas question de laisser une fille sur le banc, précise Claude Desmedt, le coach visité qui étaye sa politique. Toutes les joueuses ont le droit de monter sur le terrain et de faire la fête comme aujourd'hui après avoir engrangé notre troisième victoire contre Éghezée. Nous tablons sur le collectif et la solidarité du groupe où tout le monde est logé à la même enseigne. Un de nos meilleurs matches.»

Talonné par Gérin au classement, Hamois a filé vers le succès sans inquiétude. En tête à la mi-temps (23-10), les visitées ont mené les débats à leur guise.

Par contre, beaucoup de regrets à Givet qui s'est incliné face à Dinant. «Nous avons dominé la rencontre jusqu'à la demi-heure, confirme Jean-Pol Moiny. Le retour des Dinantaises nous a fait perdre confiance et notre manque de réussite joue en notre défaveur.»
En prestant leur deuxième match de la journée contre Boninne, les Sombreffoises ont longtemps peiné pour arracher la mise. «La fatigue s'est fait sentir, reconnaît Benjamin Thémans. Et contre les Boninnoises, il fallait donc s'attendre à rencontrer des difficultés. Je retiendrai les trois points.» J.M.

Hamois perd de peu , paru dans Vers l'Avenir. le 09/11/2010

HAMOIS - Belle résistance de Hamois en déplacement chez le leader (52-48). À Seilles, il n'a en effet pas manqué grand-chose aux Condrusiens pour créer la surprise. «On réalise un bon match dans l'ensemble, expliquait le président du club et joueur, Sébastien Hensotte. Mais le souci se situe dans le manque de constance. On cravache pour revenir puis on se relâche et Seilles garde la main au final .»
Hamois n'est ainsi jamais parvenu à passer devant, si ce n'est dans les premières minutes. Et sa défense n'est pas à remettre en cause, au contraire. Encaisser cinquante-deux unités face au leader invaincu n'est pas donné à tout le monde. «Mais ce qui est dommage, dans les dernières minutes, c'est que l'on est solide derrière, que l'on récupère des ballons chauds mais qu'on accumule les pertes de balles devant, notamment sous la pression de Beaulieu.» Un Joachim Beaulieu qui aura fait aussi bien la différence via ses interceptions que face à l'anneau. Le meneur andennais a ainsi inscrit vingt unités dont deux tirs à trois points. «Il nous fait très mal .»


L'autre favori de la série, Erpent, n'a connu aucun problème contre Mazy. Il a pu compter sur ses tirs à distance, via ses shooteurs habituels que sont Rassart, Noppens et compagnie.Th.L.

Money-time fatal à Hamois, paru dans Vers l'Avenir. le 12/10/2010

Match très intéressant ce week-end. D'un coté, la très jeune équipe de Profondeville qui a du mal à décoller dans ce championnat. De l'autre, une équipe promue en P1, Hamois, qui se défend très bien depuis le début de la saison. Dans sa petite salle, Hamois dicte le jeu. Materne s'impose dans la raquette et, en périphérie, Laffalize déroule. Même si les joueuses de Thomas Dustin ne sont pas dans un grand jour, elles ne lâchent pas. À la mi-temps c'est 25-22.
La deuxième mi-temps est indécise, Hamois creuse l'écart mais encore une fois se fait rejoindre. Dans les dernières secondes, les joueuses de Julien Fokan craquent et laissent filer la victoire aux Bleues qui l'emportent d'un point : 47-48.

Thomas Dustin, était content de la tournure des événements. «Ce fut difficile face à la zone, nous sommes revenus deux fois dans ce match. J'espère que cette victoire servira de déclic pour les filles.» De son coté, Julien Fokan était déçu. «Nous n'avons pas su gérer ce match, avec trop d'erreurs dans les dernières minutes. Laffalize se blesse en fin de match et Materne doit sortir pour cinq fautes à la 37e, ça fait mal. Surtout qu'elle ne participe pas à l'action qui amène sa dernière faute. Malgré cette défaite, je suis satisfait du début de saison de mon groupe qui progresse énormément.»
B.G.

Le maximum pour Faulx , paru dans Vers l'Avenir. le 12/10/2010

Un départ en trombe mettait les Sombreffoises à l'abri dès le premier quart (22-4). La suite n'a cependant pas fait sourire Benjamin Thémans. «Fortes de leur supériorité, mes joueuses ont vécu sur leur acquis, un comportement que je n'admets pas même si un retour de Bouge semblait fort improbable (65-31). Elles connaissent mes exigences quel que soit l'adversaire.» Avec un 3/3, Faulx est dans la spirale des succès : les Floreffoises n'ont pas eu voix au chapitre (47-42). «Aussi elles étaient privées de coach, avoue Christelle Lacroix. Largement en tête à la mi-temps (30-8), j'ai passé mon effectif en revue et de permettre à une nouvelle affiliée de tâter du terrain.» Même scénario pour les Beaurinoises qui enlèvent facilement la mise (63-38) contre Dinant endormi. «J'ai été très surprise du laxisme défensif de l'adversaire, réplique Pascale Rouffart, secrétaire du club visité. Nous n'avons guère rencontré de résistance pour alimenter le marquoir d'autant que nous avions la taille pour nous.» Belle satisfaction pour Jean-Pol Moiny qui a mené ses troupes givetoises vers une deuxième victoire. «Malgré une grosse frayeur dans le troisième quart (+1), nous avons dominé Hamois (41-29).» J.M.

Erpent défait à domicile , paru dans Vers l'Avenir. le 28/09/2010

NAMUR - Le match qui opposait Erpent au BC Gembloux, deux formations qui n'avaient pas encore connu la défaite, a tourné en faveur des Couteliers . « Au terme d'un match où l'intensité a été de mise durant quarante minutes, il y a eu beaucoup de déchets, confie Karim Labidi, e le coach des Collégiens. Mais c'est Gembloux qui l'a emporté. » Face à Rochefort qui attend toujours un premier succès, la tâche des Oheytois n'a pas été simple. « Nous nous sommes imposés dans la douleur, explique le coach oheytois Philippe Gasia. À cinq minutes du terme, nous étions encore menés de douze points. Puis Rochefort qui est une belle équipe s'est quelque peu énervé et nous a permis de revenir au score. » Désormais dirigés par Jean-Luc Chabart, les Sambriens ont échoué de peu (60-62) face à Braibant. « Cette défaite, nous la devons principalement à trois minutes de flottement durant le dernier quart », commente-t-il.

Hamois s'est imposé à IATA sur un score de « poussins » (42-50) ! « Une faillite collective ! », lance le mentor namurois Stéphane Plumier. Le BS Gembloux s'est fait surprendre par Sombreffe-Ligny. Patrick Dhaene, le coach gembloutois, constatait que ses joueurs étaient passés à côté de leur copie avec peu de tirs à distance.G.B.

Gérin en apprentissage , paru dans Vers l'Avenir. le 28/09/2010

ONHAYE - En incluant deux nouvelles joueuses dans son effectif, Saadia Benali subit la dure loi de l'apprentissage. « Ce n'est pas une tare de subir la défaite (15-60), confirme la coach. Nous n'avions aucune revendication à formuler face à une équipe de Boninne qui possède d'autres arguments. Nous remercions les jeunes arbitres qui ont eu la bonne obligeance d'expliquer les fautes commises par mes joueuses. » Idem pour les Givetoises : le 21-17 à la mi-temps était pourtant plein d'espoir. « L'orientation a complètement changé en seconde mi-temps, explique Jean-Pol Moiny. Face à une défense reliftée de Ciney, nous n'avons plus été en mesure d'assurer un shoot convenable, d'où l'inversion du score (36-57). » Les Bougeoises très nerveuses manquaient de présence aux rebonds défensifs dans les dernières minutes pour arrêter les artilleuses dinantaises (43-49).

Les Sombreffoises continuent leur progression (59-42). « Nous avons mené toute la rencontre, confirme Benjamin Themans. Mais à aucun moment il n'était opportun de relâcher notre attention. Face à un banc de Hamois moins fourni, nous avions l'avantage d'un effectif complet et en partie plus expérimenté. »
J.M.

Boninne contrôle Hamois, paru dans Vers l'Avenir. le 21/09/2010

HAMOIS - DIVISION 1 DAMES
Le favori de la série ne s'est pas fait surprendre ce week-end, face au promu Hamois. Dès les premières secondes, Boninne a dicté le jeu et le rythme de la partie. À la mi-temps, le score est largement à l'avantage des visitées (48-18). Mais les Condrusiennes n'abandonnent pas, elles dominent le troisième quart. (13-20). Malheureusement ce n'est pas suffisant, l'écart est trop important. Boninne termine le match en roue libre (83-50). Malgré le résultat, David Rousseaux n'était pas satisfait de son groupe. « Je suis déçu, car nous ne parvenons pas à maintenir la même pression durant toute la rencontre. En deuxième mi-temps ce n'était pas bon. De ce fait, notre niveau de jeu baisse, et les filles doutent. Au lieu de prendre du plaisir durant quarante minutes, nous pataugeons : c'est dommage. Malgré cela, la première période est de bonne facture. Les filles respectaient très bien les consignes et nous avons creusé un écart important. Je tiens à souligner la volonté et le jusqu'au-boutisme des joueuses d'Hamois qui se sont battues durant toute la rencontre. Cela montre que dans la série il y a des favoris, bien entendu, mais que les plus « petites » équipes jouent à fond et que rien ne sera simple ».
B.G.

Le Mosa débute bien, paru dans Vers l'Avenir. le 21/09/2010

Pour sa première apparition, le Mosa Jambes a pris la mesure (61-56) du BS Gembloux qui s'était imposé lors des premières journées. Pour son nouveau coach, Jean-Paul Lejeune qui découvre le Namurois, c'est déjà une réussite. « Depuis août, c'est la première fois qu'on disputait un match de championnat. Nous étions donc en manque de compétition, ce qui s'est fait ressentir par moments. Les deux nouveaux que j'ai engagés, Kurz et Lempereur, ont effectué une très belle sortie. » Pour le BC Gembloux B, le déplacement à Rochefort fut synonyme de promenade de santé (51-101). « Nous avons très mal entamé la partie, (5-23) explique le mentor Sébastien Fisson. Il était dès lors très difficile de revenir dans le coup. » Malgré l'ampleur du score (43-71), Erpent aura dû attendre les dernières minutes pour s'imposer à Hamois. « Nous avons tenu le coup jusqu'à la 33e avant de manquer de condition » commente Philippe Laffut. Toujours pointé en tête de classement, Ohey a pris difficilement la mesure de Sombrefffe/Ligny (61-65). « Pour l'instant, explique le coach sombreffois Edgar Yanga, ma jeune équipe a trop de hauts et de bas. » Braibant s'est incliné de justesse (68-72) face à Iata. « Cette défaite, confiait le délégué Michaël Mottet, on la doit en partie à une mauvaise entame de match. » Malonne a été étrillé (40-91) par Sambrien.
G.B.

Dinant s'est bien repris, paru dans Vers l'Avenir. le 21/09/2010

Malgré une entrée en matière délicate en championnat et une défaite logique d'entrée face au grand favori de Seilles, Dinant s'est bien repris en main. Après avoir disposé facilement de Rochefort la semaine dernière (77-51), les Mosans ont remis le couvert samedi à Floreffe. Via une toute bonne entame de match, ils n'ont laissé aucune chance à leurs adversaires. De bonne entame de match, il en a été question aussi au Conti : 20-4 pour les Andennais à la 10e. Même si on jouait « pour du beurre » étant donné que le Sambrien dispute son championnat hors classement, il était important pour les Continentaux de confirmer leurs deux succès initiaux. Et malgré un retour du Sambrien dans le troisième quart, cela a été fait. Sans appel : 65-43. Et tandis que le Golden Seilles continue lui aussi son sans-faute, dans un match hors classement lui aussi (victoire 51-97 à Braibant), Fernelmont n'a pas encore trouvé le chemin de la victoire. Contre Hamois, les Hesbignons n'ont jamais été très loin de leurs adversaires mais ils payent au prix fort leurs carences offensives dans les deuxième et quatrième quarts (41-62 au final). Les quarante et un points inscrits ne sont clairement pas suffisants pour revendiquer la victoire.
Th.L.

Hamois tresse les lauriers, paru dans Vers l'avenir. le 14/04/2010

Grâce à sa brillante victoire à Maillen (53-69) et en métronome accompli , Hamois parachève son parcours et remporte la couronne.

Jo MEUNIER
Vers l'Avenir Namur

Quand les protégées de Julien Fokan ont pris leur revanche sur le First en effaçant la défaite du premier tour, on a eu l'impression que Hamois avait déjà empoché le titre, tant cette équipe maîtrisait parfaitement tous les paramètres. « Si nous n'étions pas encore assurés de remporter le titre, nous avions fait un grand pas en avant, reconnaît le coach. Nous avons commencé à rêver au début du second tour lorsque la lutte s'est circonscrite entre le First et nous. » Pour un premier essai, c'est un coup de maître. Jusque-là, Julien s'était toujours limité à coacher les jeunes et il n'avait aucune intention de changer de catégorie. « L'équipe dames était dirigée par Sébastien Hensotte, notre président. À défaut d'avoir trouvé la personne idéale pour le remplacer, il m'a demandé avec insistance, je dois l'avouer, d'assumer le relais. Tout en conservant la direction des jeunes minimes, j'ai donc fait mes premiers pas avec l'équipe des seniores. L'envers du décor, je me suis abstenu de jouer afin de m'impliquer totalement dans mon nouveau job. Un important défi pour moi. » Si Julien a fait toutes ses classes au BC Ciney, il a déjà passé suffisamment d'années au sein du club de Hamois pour en connaître les moindres rouages.

Le choix du président n'est pas dû au hasard. « Le calcul était simple, explique ce dernier. Faisant partie de la maison, un pied dans l'étrier au niveau des jeunes, Julien était tout désigné pour reprendre le flambeau. » Un futur encore à définir Sans aucun préalable, le coach hamoisien n'avait pas d'objectif bien précis sinon de faire progresser le noyau.

« Ma tâche a été facilitée par le bon esprit qui a régné toute la saison. Franchement, j'avais un groupe sensationnel, jeune mais désireux d'apprendre. D'autre part, il n'y a pas eu d'intégration à gérer puisque les cadettes qui ont été appelées à faire partie de l'équipe en P2 connaissaient déjà leurs aînées. Nul besoin de créer une ambiance, celle-ci était acquise d'avance. » Le titre sera fêté comme il se doit à la maison le week-end prochain mais, déjà, on s'affaire pour le futur. « Quelques matches amicaux sont programmés, explique le coach. Je voudrais que les filles sachent vers quoi elles s'engagent en P1. L'équipe a du potentiel mais la différence de niveau est sensible et les difficultés sont toutes autres. » Si une montée procure parfois une certaine euphorie, celle-ci ne semble pas avoir d'influence néfaste sur les décisions présidentielles. « Notre accession en P1 est un fait acquis et nous l'assumons, confirme Sébastien Hensotte. Mais il n'est pas question de bouleverser l'équipe. Je peux annoncer que nous conserverons le noyau actuel au sein duquel Coralie Materne, de retour, apportera son expérience de la P1. De plus, nous alignerons encore une équipe P2 où les joueuses moins aguerries ainsi que nos minimes pourront s'épanouir. Pour la guider, nous sommes à la recherche d'un coach qui sera en concordance avec son homologue de la P1. Toutes propositions sont les bienvenues. »

La sagesse semble être une vertu cultivée dans le giron condrusien.

Hamois, un champion sans coach, paru dans Vers l'avenir. le 07/04/2010

Champion en P3B depuis samedi dernier, Hamois évoluera en P2 la saison prochaine. Avec trois renforts de choix. Il lui manque encore un coach.

Carole GOTFROI
Vers l'Avenir Namur

Le comité de Hamois avait mis les petits plats dans les grands pour fêter le titre. Mais Fernelmont, son adversaire, ne s'est pas déplacé, faute d'effectif. Une heure avant le match, Philippe Laffut, secrétaire, joueur et... coach, a rameuté ses amis basketteurs et a organisé au pied levé un match amical.

En vingt ans de basket, c'est le premier titre pour Philippe Laffut, le joueur-coach. Pour l'équipe, c'est aussi un soulagement. Mais pas vraiment une surprise. La concurrence n'était pas très rude en 3e provinciale B. « Gembloux et Erpent étaient les deux équipes dont nous devions nous méfier. Au premier tour, nous avons gagné contre ces deux adversaires. Mais seulement d'un point contre Gembloux. Ils nous ont ensuite battus au second tour », raconte Philippe Laffut.

Jusqu'à présent, il s'agit de la seule défaite de Hamois cette saison. « Après ce faux pas contre Gembloux, nous avons alors commencé à nous inquiéter. Mais après avoir vaincu Erpent, nous étions certains de décrocher le titre ». La force de Hamois ? « Trois quarts des joueurs ont été formés à Natoye, sourit Philippe Laffut. On a beaucoup de plaisir à jouer ensemble. Et la troisième mi-temps est toujours exceptionnelle... ».
Équipe cherche coach

Après avoir connu des années fastes, Hamois est reparti de rien il y a cinq ans. Et le club se reconstruit petit à petit avec notamment quelques équipes de jeunes.

La saison prochaine, Hamois créera une équipe supplémentaire en P3. Le comité a déjà trouvé les hommes qui en feront partie. « Trois joueurs du noyau actuel, François-Xavier Eloy, Sébastien Krickx et Pierre Loris, évolueront dans cette nouvelle équipe. Nous avons également recruté d'autres joueurs dans la région », explique Philippe Laffut.

Pour l'équipe qui évoluera en P2, les transferts ont déjà été conclus. Henri Vanwonterghem et Jérôme Jadot, ex-joueurs de Natoye, rejoindront le groupe. Tout comme Julien Bastien. C'est également un ex-joueur de Natoye ayant évolué un an en P1 à Profondeville. Avec de tels renforts, l'équipe devrait se maintenir facilement en P2.

Reste un seul problème : le coach. Depuis deux ans, Hamois n'a plus d'entraîneur. Philippe Laffut, secrétaire et joueur, a pris le flambeau cette saison. « En P3, on s'en sortait bien. Chacun coachait à tour de rôle. Je m'occupais seulement de préparer les entraînements. Mais en P2, c'est différent. Mais en tant que petit club, ce n'est pas évident de mettre la main sur un entraîneur diplômé... Ceux-ci préfèrent souvent les clubs du Namurois. Nous avons déjà quelques contacts pour l'année prochaine. Mais encore rien de concret », explique Philippe Laffut.

Or, les joueurs de Hamois ont absolument besoin d'un entraîneur. « Il nous permettrait de retrouver le niveau que nous avons déjà tous atteint un jour », conclut Philippe Laffut. Une condition sine qua non si Hamois veut joueur le haut du classement en P2.

Hamois prend option, paru dans Vers l'avenir. le 22/03/2010

Hamois - First (70-57), le match au sommet, décisif pour l'attribution du premier strapontin. Enfin presque. « C'est un grand pas vers le titre, réplique Julien Fokan. C'est d'autant inespéré que la montée n'était pas l'objectif de la saison. » Somme toute, le coach visité vit une belle aventure. « Sans l'avoir réellement cherchée, ajoute-t-il, puisque j'ai hérité incidemment du coaching de cette équipe. Les joueuses ont réalisé une prestation exemplaire, notamment Julie Wautelet qui a suppléé l'absence de notre meneuse titulaire. La présence sur le terrain de Géraldine Baudoin et de Coraline Materne nous a aidés il est vrai mais c'est un choix de bon aloi qui n'enlève rien à notre mérite. » Si l'échec est difficile à accepter, ce n'est qu'un arrêt momentané pour Virginie Chainiaux. « Notre ambition était et reste toujours la montée en P1, confirme la coach andennaise. Nous avons raté un rendez-vous mais rien n'est perdu. La décision s'est faite à la reprise où Hamois a pris quelques longueurs d'avance. Mes joueuses savent mettre du rythme mais elles ont connu quelques difficultés de gestion face à un adversaire plus expérimenté et peuvent commettre des erreurs. Mais c'est une équipe pour le futur. » J.M.

Hamois a quasi le titre en poche, paru dans Vers l'Avenir. le 15/03/2010

Même s'il leur reste encore quatre matches à disputer, les joueurs de Hamois sont quasi assurés du titre. D'ailleurs, ils ont déjà prévu la date de la fête : ce sera le 3 avril lors du dernier match à domicile contre Fernelmont.

Samedi soir contre Erpent B, le second du championnat, Hamois a démontré qu'il était le véritable leader (78-51). « Le score parle de lui-même. Mes joueurs m'ont surtout surpris en défense. Erpent a mis seulement 51 points. C'est très peu ! Nous avons tellement bien joué en défense que l'attaque a été mise en confiance. Et les shoots sont rentrés facilement », explique Philippe Laffut, l'entraîneur de Hamois.

Avant la rencontre, celui-ci craignait un excès de nervosité. À cause de l'enjeu ! Mais finalement, ces joueurs ont très bien résisté au stress. « Le plus nerveux, c'était moi », sourit le coach.

Si le succès de Hamois est une victoire collective, un homme s'est particulièrement illustré : Arnaud Devresse. « Il était très impressionnant. Il était impossible à tenir. Dans le premier quart-temps, on a fait un peu illusion. Ensuite, Hamois a déroulé. Mais je ne regrette rien. Mes joueurs ont fait le maximum. Hamois était tout simplement au-dessus du lot », reconnaît Emmanuel Fivet, le coach des Collégiens . Ces hommes se concentrent d'ores et déjà sur leur ultime objectif : assurer leur deuxième place.
C.G.

Hamois fourbit ses armes, paru dans Vers l'avenir. le 08/03/2010

Si les Boninnoises étaient armées de bonnes intentions lors de leur visite à Beauraing, les filles de Frédérick Hardenne ne leur ont guère laissé d'espoir (53-43). « Nous avons retrouvé cet équilibre, précise le coach visité, tant dans les entraînements que dans le fond de jeu. Nous sommes à nouveau dans une spirale positive d'autant que je peux compter sur les jeunes. »

Les Dinantaises se sont imposées à Éghezée (36-78). L'écart n'a fait que grandir au fil des minutes mais plus que le score, Anthony Ramelot soulignait la bonne gestion de la rencontre.

Sans crier gare, Hamois se place comme l'équipe à battre au même titre que le First Andenne. Le score final (70-45) du match contre Fraire semble donc dans les normes du classement mais l'avis de Julien Fokan est plus nuancé. « J'ai vu une équipe totalement différente par rapport à celle que nous avons rencontrée au premier tour, commente le coach visité. D'ailleurs, le score à la mi-temps (27-23) en dit long sur la résistance des Frairoises. Plus hermétique, notre défense a pris le dessus après la pause et a facilité nos contre-attaques. C'est une excellente préparation au sommet qui se déroule dans quinze jours contre le First. » J.M.

Erpent B reste dans la course, paru dans Vers l'avenir. le 08/03/2010

La r encontre entre Erpent B et Gembloux a tenu ses promesses (62-60). Obligés de gagner pour espérer encore décrocher le titre, les joueurs d'Erpent ont mal débuté le match. « Gembloux a mis une grosse pression d'entrée de jeu. Mes hommes ne trouvaient pas la solution. D'autant que les tirs de loin ne rentraient pas », explique Emmanuel Fivet, le coach des Collégiens .

Dans le second quart, Erpent B est revenu dans la course. À partir de ce moment, les deux équipes ont toujours été au coude à coude. « En fin de rencontre, Gembloux a refait une partie de son retard mais nous avons géré notre léger avantage », poursuit Emmanuel Fivet.

Cette courte victoire permet à Erpent de rester dans la course au titre. Il est actuellement second avec 35 points soit deux de moins que le leader Hamois, vainqueur 64-75 à Éghezée. Et ce week-end est justement programmé le choc entre les deux équipes. « Selon moi, la pression est sur les épaules d'Hamois. D'autant plus que je suis privé de quatre joueurs depuis plusieurs semaines. Aurélien Fivet, notre distributeur, s'est légèrement luxé le pouce contre Gembloux mais il devrait être remis pour ce samedi », explique Emmanuel Fivet.

À Gembloux, on a encore des ambitions. La première est d'assurer la troisième place. La seconde est de profiter d'un éventuel faux pas d'Erpent ou Hamois.
C.G.

Deuxième défaite de Ciney, paru dans Vers l'Avenir. le 22/02/2010

Les filles plus expérimentées de Hamois ont fait chuter les jeunes joueuses fougueuses de Ciney. Les filles de Catherine Mine enregistrent ici leur second revers de la saison alors qu'elles étaient restées invaincues pendant près de deux ans. « Nous n'avons pas bien joué contrairement à Hamois qui a réalisé une bonne prestation. Elles ont raté peu de shoots et nous, nous n'avons jamais encaissé autant. Ce n'est pas une excuse mais je ne disposais pas des cadettes ce week-end. Et cela s'est payé cash car elles nous amènent du physique et de la fraîcheur », commente Catherine Mine. Les Hamoisiennes sont donc venu à bout des huit Cinaciennes. Les visiteuses ont toujours été devant. De plus 8 au repos (24-32), l'écart final est passé à plus 13 au terme du match (63-76). À la reprise, les Cinaciennes appliquent un zone press qui au final profite à Hamois. « Nous avons eu des espaces qui nous ont permis de réussir des contre-attaques et donc de conserver notre avance », lance Géraldine Baudoin qui, avec Coraline Materne et Louise Lafalise ne sont pas passées inaperçues lors de ce derby. « Comme à chaque match, nous voulions la victoire. Nous l'avons, cela nous fait bien plaisir », conclut la coach-joueuse de Hamois. F.M.

Premier revers pour Hamois, paru dans Vers l'avenir. le 25/01/2010

«Ça devait bien arriver un jour. Disputer un championnat sans connaître la défaite, c'est impossible », glisse Philippe Laffut, l'entraîneur de Hamois. Ses hommes ont été battus, à domicile, par le Black Star Gembloux (69-82). Mais le coach relativise. « Gembloux méritait la victoire. Peut-être la voulait-il plus que nous. Nous avons très mal débuté en étant menés 13-25 à la 10e. En constatant qu'ils étaient dominés, mes joueurs se sont énervés. Fini l'esprit d'équipe. J'ai même été contraint de prendre un temps mort pour leur demander de se calmer », raconte Philippe Laffut.

Hamois est finalement revenu dans le match mais les Gembloutois avaient trouvé la faille. Ceux-ci ont joué une bonne défense de zone. « Nous avons fait la différence dans le dernier quart en prenant beaucoup de rebonds offensifs. Ensuite, nous avons bien géré notre avance », insiste Patrick D'Haene, l'entraîneur gembloutois, heureux de la victoire de ses hommes après avoir perdu le match aller pour un petit point. Et maintenant ? Hamois est 3e avec 25 points. Le Black Star Gembloux le suit de près avec 23 points. Quant à Erpent B, le leader, il compte 31 points. Mais attention, Hamois et Gembloux ont deux matches de retard. Tout reste donc à jouer. « Et d'après ce que j'ai entendu dans les vestiaires, Gembloux a des prétentions. Alors, bonne chance à eux », conclut Philippe Laffut.

Beauraing en panne, paru dans Vers l'avenir. le 25/01/2010

Toutes les équipes craignent le déplacement à Beauraing mais comme cette équipe traverse une période difficile, Hamois s'en est sorti sans accroc (44-74). « Nous avons pourtant bien rivalisé en première mi-temps, constate Frédérick Hardenne le coach visité. Mais par la suite, nous avons perdu le rythme. Normal puisqu'aucun entraînement n'a été dispensé durant la trêve. Par rapport au travail accompli, j'ai vu du positif chez mes filles mais aujourd'hui nous ne pouvons rien revendiquer. L'adversaire était supérieur, c'est donc sans regret. »

Un scénario quasi similaire pour Gérin qui, sur son terrain extérieur, s'avère difficile à manoeuvrer. Maillen a donc cravaché pour tirer les marrons du feu (37-45). Sous la conduite de Jessica Denayer qui comptabilise plus de la moitié des points, les protégées d'Alain Alexis prennent du galon.

Accrochées par les Givetoises revanchardes (20-22 au repos), les Andennaises ont resserré leur défense pour se ménager de rapides contre-attaques (61-36).

Bien calfeutrées au milieu du classement, les Dinantaises n'ont pas fait de cadeaux à des Floreffoises (72-49) très volontaires qui ont fléchi sous la pression.

Givet-Doische se défend, paru dans Vers l'Avenir. le 18/01/2010

Vu le classement, Hamois n'avait pas beaucoup de pression lors de la visite des Sambriennes (70-57). Mais l'adversaire ne se présentait pas en victime consentante. « Les filles manquaient de concentration, constatait Julien Fokan. Il a fallu remettre le train sur les rails pour créer la différence à la reprise. » Plus sérieuse était l'opposition des Beaurinoises en visite à Maillen. Mais en diminuant fortement la productivité de Mélanie Barbier, les visitées ont pris leur revanche et effacé la défaite du match aller (50-38).

Accueillir Éghezée qui cumule les défaites signifie pratiquement la victoire. Les Givetoises n'ont donc pas raté l'occasion d'en ajouter une quatrième (56-28) dans l'escarcelle. « Nous avons pris la tête dès le début de la rencontre mais il n'y avait pas un grand écart au score à la mi-temps, précise Nadège Cruchon, un pion majeur de l'équipe visitée. La différence s'est faite à la reprise et par la suite nous avons terminé en pleine décompression. Nous nous attendions à rencontrer plus de difficultés car au match aller l'adversaire avait opposé beaucoup de résistance (26-29). Cette fois, notre application en défense n'a pas laissé beaucoup de liberté à l'hôte du jour. » J.M.

Le Novia reste invaincu, paru dans Vers l'Avenir. le 18/01/2010

Avec sa victoire à Bouge (56-59), Braibant se replace au 3e rang. Les joueuses de Hamois ont démontré une fois de plus qu'elles n'étaient pas là que pour s'amuser. Elles ont battu Boninne (47-54). Mais le match qui retenait toutes les attentions était le choc Ciney - Novia Namur. Un très beau match où les deux équipes étaient très motivées, mais aussi nerveuses vu l'enjeu : la 1re place et l'invincibilité. Au repos, les Namuroises sont déjà à l'abri (25-42). Dans le 3e quart, Ciney réduit l'écart avec un 6-0 mais les filles de Laurent Oger répliquent immédiatement et prennent définitivement les commandes pour l'emporter 53-64. « Il y avait beaucoup de stress à l'entame de la rencontre. À la fin du 3e et dans le 4e quart, Ciney revient un peu dans le match. J'ai été contraint de reprendre les rênes. Mis à part cela, j'ai fait tourner mon banc en fin de match. Aujourd'hui, nous sommes seuls en tête et invaincus. Nous sommes très contents de cette victoire parce que nous avions la hantise de jouer Ciney qui est une très bonne équipe où évoluent certaines joueuses de P1 , lance Laurent Oger. Maintenant, on espère rester invaincus et aller jusqu'au titre pour pouvoir monter en P1 à condition que notre P1 monte en régionale ». F.M.

Bouge - Novia et Boninne - Ciney en demi, paru dans Vers l'avenir. le 03/01/2010

Hamois (+5) 52 - Novia B 73 11-19, 19-22, 16-15, 6-17
HAMOIS : Derroitte 2, Laffalize 17, Servais 3, Rousseau 4, Wautelet 3 (1x3), Garnier 2, Samain 2, Materne 14.

NOVIA NAMUR : Marion 21, Dieudonné 5 (1x3), Absil 25 (2x3), Poumay 4, Bechoux 5 (1x3), Noël 2, Deleuze 6, Moriamé 5.

Le Novia comble facilement son retard de cinq points en cinq minutes mais, ensuite, les plus jeunes joueuses ont du mal à s'adapter au terrain étroit de Hamois. Après 11-19 à la 10e, les visitées répliquent par Materne, Laffalize et une bombe de Wautelet pour repasser devant à 23-21. Philippe Bource relance Bechoux, Marion, Absil pour repartir à 30-41 au repos. Hamois profite de nombreux ratés visiteurs et de pertes de balle pour empocher le 3e quart : 46-56 à la demi-heure. La défense pressante du Novia fait la différence finale.

Il y aura de la revanche dans l\'air, paru dans Vers l'avenir. le 01/01/2010

Quatre rencontres que les équipes n'entameront certainement pas dans la décontraction. Aurélien Garraux qui entraîne les dames de Bouge l'explique fort bien : « Nous avons déjà joué deux fois en championnat contre Profondeville que nous retrouvons ainsi en coupe. Nous avions gagné de trois points chez nous et nous venons de perdre également de trois points dans leur salle (52-49). Ce troisième match est donc une sorte de belle. » Il ne pourra toujours pas compter sur Céline Chapelle convalescente ni sur Pauline Deneffe qui s'est blessée précisément contre Profondeville. « C'est nous qui avons perdu le dernier match là-bas en commençant très mal la partie au point d'être distancés de près de quinze points en première mi-temps. Nous avons bien grignoté notre retard jusqu'à revenir à un point mais sans parvenir à reprendre la victoire dans les dernières secondes. Il nous faudra entamer la partie chez nous avec beaucoup plus de sérieux. »

Thierry SINTE
Vers l'Avenir Namur

Et sans penser forcément à la suite qui réserve au vainqueur d'être opposé sans doute au Novia B qui doit se rendre à Hamois. Là, c'est Philippe Bource qui incite les joueuses à la méfiance : « J'imagine que Hamois a regroupé les forces de ses deux équipes pour jouer en coupe. Notre dernier match en championnat contre Boninne n'était pas extraordinaire mais, jusqu'à présent, nous n'avons pas encore perdu une seule fois cette saison. Chainiaux sera absente parce qu'elle travaille. Chacune doit avoir bien en tête qu'à partir de maintenant, toutes les équipes voudront nous battre. » Quant aux Cinaciennes, elles seront réparties sur deux fronts. Dimanche matin, l'équipe A (P1) recevra Malonne B tandis que le Ciney B (P2) se rendra à Boninne l'après-midi. « Chez nous contre Malonne, nous devons nous imposer mais je me méfie aussi de tout excès de confiance. » Le coach Jean-Jacques Stevens demandera aux joueuses de faire preuve de caractère d'autant qu'elles doivent toujours jouer sans Muriel François en but à des problèmes d'oreille interne. « Évidemment, l'équipe B qui se rendra à Boninne aura bien une idée de revanche en tête puisque nous venons de perdre le match de championnat rejoué la semaine dernière. Mais Catherine Mine ne pourra prendre que les joueuses inscrites sur sa liste B comme prévu par le règlement de la coupe. » Personne ne se risque au pronostic hasardeux à la veille de ce week-end particulier.

Hamois menait avant la panne, paru dans Vers l'avenir. le 20/12/2009

La rencontre entre Hamois et Sambreville a été arrêtée après 28 minutes de jeu sur le score de 40-26. La salle a été plongée dans l'obscurité suite à une panne d'électricité. « À cause du gel apparemment, l'électricité a sauté dans le quartier... Comme le prévoit le règlement, les arbitres ont attendu un quart d'heure en espérant que la situation s'arrange. Mais il n'y avait pas de changement. On a alors rempli la feuille de match, les arbitres ont fait leur rapport, les joueurs sont rentrés aux vestiaires et... l'électricité est revenue. Mais tout était déjà clôturé. Ce sera au comité provincial de trancher : score acté ou match à rejouer. Je croise les doigts pour qu'il acte le score et notre victoire », explique Philippe Laffut, l'entraîneur de Hamois.

Les joueurs de Hamois n'ont pas vraiment envie de rejouer la rencontre, d'autant plus qu'ils menaient. « Ce n'était pas du beau basket. Mes hommes avaient peur. On ne connaissait pas Sambreville. On se demandait qui se cachait derrière cette équipe, dernière du classement mais qui avait poussé Erpent dans ses derniers retranchements... C'était un petit match en temps et en qualité », avoue Philippe Laffut.

D'un côté comme de l'autre, le jeu était très peu construit. Les Sambrevillois étaient seulement sept et ont terminé la rencontre à six à cause d'une blessure.

Hamois ne désarme pas, paru dans Vers l'avenir. le 07/12/2009

Après leur cuisant échec à Floreffe (39-32) , les Boninnoises devaient une revanche à Patrick Dhaene. « C'est fait, répond le coach. Nous avons remis de l'ordre dans la maison et les joueuses ont retrouvé de la discipline dans leur basket. Avec une confortable victoire à Éghezée, l'équipe peut repartir sur de bonnes bases. » Beauraing ne déroge pas à ses règles et garde toujours la même constance. La victoire acquise contre Givet n'en a été que plus facile.

« C'est un des matches où j'ai encore le loisir de m'asseoir sur le banc, confie le coach Frédérick Hardenne. Nous avons pris une avance substantielle qui nous a permis de gérer toute la rencontre. Un scénario idéal pour procéder à de nombreuses rotations et donner du temps de jeu à toutes les joueuses. » En visite chez un des leaders, Hamois, les six joueuses de Maillen ont perdu le fil conducteur lorsque les protégées de Julien Fokan ont accéléré le rythme.

Habitué à survoler ses adversaires, le First a peiné pour écarter les Dinantaises. « La première mi-temps a été catastrophique, déplore Virginie Chainiaux. Si l'amélioration est visible après la pause, il a fallu cravacher pour passer les Dinantaises très combatives. » J.M.

Hamois en leader, paru dans Vers l'avenir. le 23/11/2009

Hamois poursuit son parcours sans faute. Et en battant les Collégiens d'Erpent (58-63), il devient le leader unique du championnat. Mais les hommes de Philippe Laffut n'ont pas dominé outrageusement la rencontre. « Erpent a mené au score pendant les trois quarts de la rencontre. Nous avons fait la différence à cinq minutes de la fin. En confiance, nous avons pris un ascendant psychologique et physique », explique le coach.

Émoussés, les Collégiens n'ont pas pu suivre le rythme dans les dernières minutes. En cause ? La fatigue et un manque de collectif. « Depuis le début de la saison, mes joueurs manquent d'assiduité aux entraînements. Je n'ai jamais eu dix joueurs à disposition pour travailler le collectif. Sinon, nous pouvions nous imposer contre Hamois », insiste Emmanuel Fivet, le coach d'Erpent.

Mais la blessure de Julien Ghysselinx après cinq minutes n'a rien arrangé. À Hamois, Johan Verswijvel, élément incontournable depuis quelques semaines, s'est également blessé au nez après cinq minutes. Mais il a repris sa place après le repos.

Pour le titre, le coach des Collégiens n'est guère enthousiaste. « Nous avons perdu le championnat samedi soir. Je ne vois pas qui peut faire trébucher Hamois. » « Nous ne sommes pas à l'abri d'un faux pas contre Éghezée ou Gembloux, sourit Philippe Laffut. Mais nous avons franchi un palier, c'est clair. » C.G.

Maillen et Beauraing facilement, paru dans Vers l'avenir. le 23/11/2009

Respectant le classement hiérarchique, les protégées d'Alain Alexis se sont normalement imposées à Éghezée (32-65 ).

« Après les premières hésitations, nous avons creusé l'écart sans réellement forcer, avec la participation de toutes les joueuses », relate le coach de Maillen.

Même scénario pour les Beaurinoises de Frédérick Hardenne qui recevait Gérin dans un derby de proximité.

« Notre début était fort mitigé, constatait le coach visité. En resserrant les boulons dans le deuxième quart, nous avons rapidement creusé l'écart pour ensuite dérouler à l'aise. Pour moi, Gérin n'a pas sa place au fond du classement, c'est pourquoi il fallait éviter que cet adversaire ne prenne confiance. » Hamois, redoutable sur ses terres, n'a laissé aucune chance à Boninne pourtant bien côté (76-54). « C'est un de nos meilleurs matches, avoue Julien Fokan. Nous avons mis beaucoup de pression défensive et particulièrement dans le troisième quart où notre physique a émergé. Avec les points idéalement répartis, les joueuses ont fait preuve d'un grand collectif. » J.M.

Troisième victoire de Hamois, paru dans Vers l'avenir. le 23/11/2009

Hamois quitte la zone rouge suite à sa victoire sur Profondeville (45-60). A quatre à l'échauffement, les Mosanes ont du rappeler en urgence une 5e fille pour disputer la rencontre. D'entrée de jeu, les Condrusiennes ont creusé l'écart : 8-20 à la 10e et 22-39 au repos. Ensuite, Hamois a fait tourner le banc pour terminer le match en se méfiant toutefois des Mosanes toujours à l'affût malgré l'importance de l'écart. « Les Profondevilloises ont plus de mérite que nous car elles se sont très bien battues à cinq durant toute la rencontre. Dans le 3e quart, nous avons relâché un peu le jeu et elles en profité directement. Nous avons du nous ressaisir », explique Coraline Materne. Natoye a donc acquis son 3e succès de l'année. Un bilan mi-figue mi-raisin. « Avec notre effectif composé de filles ayant déjà joué à des échelons supérieurs, nous aurions pu espérer un bilan meilleur. Nous avons perdu contre Boninne et Bouge de quelques points. Avec un coach, nous aurions pu engranger la victoire. Notre but est de proposer du beau basket. Mais nous venons de perdre Aurélie Staquet qui est enceinte et Anne Van Wonterghem, blessée. Nous devons encore bien aller chercher une fille dans le noyau de l'autre équipe P2 pour complèter le nôtre ». F.M.

Hold-up des « Collégiens », paru dans Vers l'avenir. le 16/11/2009

Pour rester au même nombre d'unités qu'Hamois, avant de les affronter la semaine prochaine dans un duel pour la tête du championnat, les Erpentois s'attaquaient ce vendredi à un gros morceau : le Black Star de Gembloux qui n'a connu qu'une seule défaite (45-46) contre le coleader hamoisien. Les Gembloutois prouvent une nouvelle fois leur valeur mais s'inclinent toutefois encore de peu (45-48). Ils s'inscrivent donc clairement comme un candidat à la troisième marche du podium. Au terme de la rencontre, l'entraîneur des Collégiens , Emmannuel Fivet, confie que son équipe a eu chaud et qu'elle doit jouer de manière moins timorée avant de recevoir Hamois. « Nous gagnons ce match dans la dernière minute, alors que nous avons tout le temps couru derrière Gembloux : c'est un peu un hold-up. Les joueurs y ont cru jusqu'au bout. Mais ça fait quelques matches où je remarque que, contre des équipes plus fortes, mes joueurs ont tendance à avoir peur de jouer. Il faudrait qu'ils se reprennent et qu'ils soient moins timorés pour jouer contre Hamois. » Au Black Star, malgré la défaite, le coach Patrick Dhaene était satisfait de la rencontre. « C'était un beau match des deux équipes. Maintenant, il est vrai qu'il y a, de notre part, une mauvaise gestion de la fin de match. Je pense qu'il nous manque juste le facteur chance. Nous pourrons sûrement jouer la troisième place. »


Vers l'Avenir Namur

Fr.D.

BASKET-BALL COUPE DE PROVINCE - Mazy, Ohey et Florennes qualifiés, paru dans Vers l'avenir. le 12/11/2009

Hamois (+10) 56 - Dinant 89 23-22, 12-23, 8-25, 13-19 HAMOIS : Laffut 5 (1x3), Misson 2, Georges 3, Diskeuve 5, Vanderschueren 4, Larivière 4, Beguin 6, Verswijvel 9, Frogneux 6, Hensotte 2.

DINANT : Moriamé 10, Michel 11, Pieret 14, Antoine 11 (2x3), G. Houbion 9 (1x3), Billy 11 (1x3), C. Houbion 11 (1x3), Ramelot 12 (1x3).

Hamois maintient ses 10 points d'avance en début de rencontre. À la 10e, le marquoir indique 23-22. Au milieu du 2e quart, Dinant passe devant et mène déjà de dix unités au repos : 35-45. Hamois encaisse alors un 8-25 qui plie le match.FM

Hamois bouscule Ciney, paru dans Vers l'avenir. le 02/11/2009

Hamois recevait ses voisines de Ciney ce week-end pour un derby qui n'en était vraiment un que pour certaines joueuses. « Mes filles ne sont pas de la même génération que celles qui évoluent à Hamois, elles ne se connaissent pas spécialement. Donc pour elles, c'est un match comme un autre », commente Catherine Mine, coach de Ciney.

Hamois ne compte qu'une victoire mais ne se laisse pas avaler par Ciney qui a réalisé le parcours parfait jusqu'ici. Ciney prend une légère avance : 16-22 à la 10e. L'écart grandit encore un peu dans le second quart : 30-41 au repos. Les visitées remontent sur le terrain bien inspirées : elles plantent un 20-7 aux Cinaciennes : 50-48 à la 30e. Dans le dernier quart, les six joueuses d'Hamois fatiguent. Ciney fait tourner son banc et s'impose 60-79.

Un score final lourd qui ne reflète pas le match. « La fraîcheur a fait la différence mais Hamois a eu le mérite d'y croire contrairement à nous qui n'avons joué que durant le quatrième quart », lance Catherine Mine. « Avec notre effectif réduit, nous savions que nous allions devoir nous battre de la sorte. Nous essayons chaque semaine de produire du beau jeu », conclut Géraldine Baudoin.F.M.

Hamois et Erpent en leaders, paru dans Vers l'avenir. le 02/11/2009

Seuls en tête du championnat après cinq victoires consécutives, les Erpentois pouvaient toutefois être rejoints ce week-end par l'autre leader invaincu de la série, Hamois. Les Hamoisiens recevaient Faulx pour le seul match au programme. Mission accomplie pour les joueurs de Philippe Laffut qui s'imposent 75 à 47 et restent donc leaders avec Erpent. Les Falsitombiens sont eux toujours en quête d'un deuxième succès après celui contre Éghezée. Au terme de la rencontre, l'entraîneur de Faulx, Sébastien Detinne, nourrissait des regrets : « C'est une grosse déception, Faulx n'a pas bien joué. Il faut dire que les circonstances n'étaient pas des meilleures : nous n'étions pas au complet, la petite salle est difficile à jouer. Il y avait beaucoup de fautes : nous terminons le match à quatre. Malgré tout, je dois souligner la victoire d'une belle équipe d'Hamois bien homogène. » Le coach de Faulx était d'autant plus déçu qu'il dénonce un calendrier qui casse le rythme de son équipe. « Il n'est pas facile de garder un rythme quand on ne joue pas pendant deux semaines. La remise en question est bien plus difficile. Je préfère avoir des matches qui s'enchaînent chaque semaine. Évidemment, il faut que les joueurs se bougent mais, si nous avions eu des rencontres tous les week-ends, je pense que nous aurions d'autres résultats que ceux obtenus maintenant. Toutefois je dois dire que la série me semble relevée. »

Fr.D.

Hamois ramène le Black Star sur terre, paru dans Vers l'avenir. le 30/09/2009

Hamois décroche le Black Star Gembloux de son orbite en s'imposant 45 à 46, dans un match à l'allure de bataille galactique serrée et tendue.

François DETRY

Bien lancé sur leur orbite après le succès contre Cerfontaine (56-52), le Black Star de Gembloux recevait Hamois, fort de sa victoire à Fernelmont (34-61). Le duel commence de manière très défensive (9-13). Le deuxième quart se révèle très serré même si les visiteurs gardent l'avantage (24-27). À la reprise, c'est toujours la même dynamique. Il faut attendre le dernier quart pour voir le retour des visités grâce à quelque trois points miraculeux. En cette fin de rencontre, les deux équipes se retrouvent donc à même hauteur, et on comprend dès lors que le gain du match va se jouer sur un détail. Les joueurs sont tendus, chacun voulant tirer son épingle du jeu. Dans les dernières secondes, alors que c'est 45-45, Hamois bénéficie de deux lancers dont un seul est converti. Les hôtes reçoivent à leur tour deux lancers... qu'ils ratent. La victoire revient aux Bleus . La chance du champion ? Seul l'avenir nous le dira .

Au terme de la rencontre, le coach gembloutois Patrick Dhaene n'est pas mécontent de son équipe. « Nous avons joué contre l'un des ténors du championnat. Une excellente équipe avec des joueurs venant de Natoye. Et au final, nous ne perdons que d'une courte distance. Ce qui a fait la différence, c'est qu'on rate beaucoup trop en dessous de l'anneau. On fera mieux la prochaine fois. Et puis c'était le premier match avec l'équipe au complet. Je pense que c'est maintenant que le travail à l'entraînement va commencer à payer. Pour la suite, nous prendrons rencontre après rencontre. Notre ambition est de jouer les trouble-fête car il ne sera pas facile de venir gagner à Gembloux. » L'entraîneur de Hamois, Philippe Laffut, malgré le succès, met en exergue le manque de réussite de sa formation et souligne la qualité de l'équipe visitée. « Nous avons eu peu de réussite et pas de chance, sauf sur la fin. Je pense qu'on peut l'expliquer par une bonne défense de zone de Gembloux. C'est en effet l'adversaire qui a provoqué ce bon niveau et cette frayeur dans le money-time, alors qu'on avait pratiquement mené durant toute la rencontre. Il y avait aussi beaucoup trop de gaspillage. On s'est néanmoins bien contrôlé nerveusement. C'était vraiment un match défensif qui n'était pas facile à négocier. Mais je pense que le Black Star est certainement un client au trio de tête. » Cette équipe d'Hamois encore en construction, signe sa deuxième victoire et poursuit donc son chemin vers son ambition suprême : la montée en P2. « Ce n'est pas facile car nous avons quatre nouveaux éléments et il faut le temps que les choses se mettent en place. En soignant quelques détails, je pense qu'on tiendra le choc. »

Hamois et Boninne en tête, paru dans Vers l'avenir. le 28/09/2009

Hamois - Beauraing, la tête d'affiche, a tenu toutes ses promesses. « Emmenée par Mélanie Barbier, cette équipe beaurinoise nous a posé beaucoup de problèmes, reconnaît Julien Fokant. Elle nous a mis sous pression toute la rencontre et nous gagnons car nous conservons une partie de l'avantage acquis avant le repos. » Boninne sans ambition mais Boninne invaincu rend à peu près la même copie. « Je ne m'attendais pas à réaliser un trois sur trois, avoue Patrick Dhaene. Fraire n'était pas facile à manoeuvrer. Tout le match a été un perpétuel chassé-croisé. La victoire est le fruit de beaucoup d'efforts et de la bonne gestion d'Élodie Pycke secondée par Catherine Demeffe. » Si les Floreffoises ont subi une nouvelle défaite, la note était moins salée. « Cette fois, nous avons fait des progrès considérables, note Didier Robinet. Nous payons les manquements de la première mi-temps mais, satisfait de leur combativité, je promets le champagne à la prochaine victoire qui ne saurait tarder. » Éghezée s'incline logiquement face à une équipe sambrienne plus expérimentée. « Il faudra de la patience avant que notre groupe constitué d'éléments venant d'horizons différents, ne trouve son homogénéité », admet Luc Salmon.J.M.

Partager

Newsletter :

Les anniversaires

Pas d'anniversaire cette semaine...

Derniers matches

P3M:22/04 : ABC TEMPLOUX C - BCH B : NC
P1D:24/03 : BC LOYERS B - BCH A : NC
P2D:22/04 : RCS NATOYE C - BCH B : NC
U10:21/04 : RBB GEMBLOUX - BCH : NC
U8:25/03 : BC MIAVOYE - BCH : NC

Prochains matches

P3M:
P1D:
P2D:
U10:
U8:


Nos sponsors

Carosserie Etienne Menuiserie Ancion SPRL


			
Admin :

Made by PiLo - 2009-2015. Tous droits réservés.